Portrait — Emmanuel pas hautbois dormant

©Emmanuel Laville

Lauréat du prestigieux concours Gillet-Fox, il donne le la à l’Orchestre Symphonique de la Radio Suédoise de son hautbois au son chaud et au timbre velouté, un instrument rare pour une carrière de soliste. Passionné par l’art de transmettre, il forme de futurs musiciens professionnels à Kungliga Musikaliska Högskolan et régale les oreilles des auditeurs de Berwaldhallen de sa très large palette de nuances au coeur de la résonance du son. Dans la famille des bois, grâce à son instrument au corps d’ébène et à la double anche en roseau du Var, qu’il taille et gratte, Emmanuel Laville a de bonnes vibrations : portrait.

La Suède en Kit : Pourquoi et comment es-tu arrivé en Suède ?

Nous sommes arrivés, ma femme violoniste canadienne et moi-même, en 2011 à Stockholm. Je travaillais à l’Orchestre national d’Écosse comme hautboïste tout en assurant des remplacements ponctuels au Sveriges Radio Orkester à partir de 2008. J’y découvre un orchestre performant et inspirant, j’en profite pour apprendre un peu le suédois avec Assimil car je souhaite rejoindre cette formation du service public à plein temps. Avec un répertoire éclectique, du classique mais aussi des commandes et créations de compositeurs suédois, concerts thématiques sur les musiques de films ou de jeux vidéo, des artistes conviés issus d’horizons musicaux divers pop et jazz ainsi qu’un large projet éducatif et citoyen, ma femme et moi rêvons d’intégrer cet orchestre. Lorsqu’à l’automne 2011, un poste est ouvert à Stockholm, je passe l’audition de recrutement et après l’essai réglementaire, je suis titularisé en 2012 au pupitre de hautbois. Ma compagne est en freelance à l’opéra puis obtient un poste de second violon en 2012.

Sveriges Radios Symfoniorkester ©Magnus Laupa

Nous logeons pendant un an dans l’appart d’un copain de copain puis achetons un bien puisque notre situation financière est stable et que nous envisageons d’agrandir la famille. Je continue d’apprendre le suédois jusqu’au niveau 1 de SAS, ce qui représente un B2 et me permet d’assurer des cours à Kungliga Musikaliska Högskolan 2 ou 3 heures par semaine et de converser avec mes collègues. Il y a une excellente ambiance entre les musiciens de l’orchestre, qui compte 4 Français, à la harpe, contrebasse, alto et moi au hautbois. Ce qui est très appréciable pour nous parents, c’est que nous avons la possibilité d’échanger de poste et d’orchestre pendant les tournées et de pouvoir rester à Stockholm avec nos deux enfants. Le petit va au dagis du quartier, l’aîné est en förskoleklass et bénéficie d’une heure de hemspråk par semaine ; néanmoins, nous suivons quotidiennement le CNED (Centre national d’enseignement à distance) 20 minutes ensemble. Ils sont parfaitement bilingues.

©Emmanuel Laville

La Suède en kit : Où seras-tu et que feras-tu dans 5 ans /10 ans ? 

Nous serons toujours à Stockholm, nous aimons la vie en Suède et apprécions les politiques culturelles du pays. Ma femme affectionne le climat, la faune et la flore qui lui rappellent son Canada natal. Nos garçons seront ados, nous jouerons en quatuor familial. Pour ma part, j’aurai besoin d’un nouvel instrument, trouver un hautbois et apprivoiser sa voix, et son timbre demande du temps, je vais bientôt commencer à chercher.

Nos autres portraits :

A propos Sylvie R 125 Articles
En Suède depuis plus d' une trentaine d'années, j'ai habité Uppsala, Ultrå à côté d'Örnsköldsvik et Torserud dans le comté de Värmland, vit depuis 20 ans à Nacka. Après trois décennies comme enseignante titulaire au Lycée Français Saint-Louis, je suis doula, coach de grossesse et accouchement à Stockholm. J'adore écrire et aime partager mes bons plans et bons coins en Suède.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.