Portrait — Les stugas secrètes d’Isabelle B.

Isabelle Bouju
©Olivier Bouju

Par delà les aléas de la vie, cette fringante cinquantenaire habitée par une envie de découvrir la Suède, de la vivre au quotidien au travers de sa culture et de sa nature, vient de rejoindre Skärgårdsstiftelse, le fleuron des fondations suédoises, et de lever le sceau secret-défense de l’énigmatique centre d’entraînement des phoques ou Sälstation de Gålö. Isabelle Bouju, gardienne de ce morceau d’histoire, partage et transmet ses passions suédoises dans son refuge-gîte Palmen, niché au coeur de l’archipel. Isabelle Bouju réalise enfin son rêve suédois.

Sälstationen à Gålö
©Olivier Bouju

La Suède en Kit : Pourquoi et comment es-tu arrivée en Suède ?

Avec mon conjoint, muni d’un contrat d’expatriation pour une grande entreprise francaise, et accompagnés de nos trois jeunes enfants, nous sommes arrivés en 1997, en tant qu’expats pour trois ou quatre ans à Stockholm. Nos deux aînés de 6 et 9 ans sont scolarisés au Lycée Français Saint-Louis ; notre petite de 2 ans dans un dagis à profil Montessori. Notre nouvelle vie active proche de la nature, les enfants évoluant dans un environnement bienveillant et le mouvement éco-responsable de tout un pays nous plaisent beaucoup.

En 2001, après avoir appris le suédois (voir notre article Apprendre le suédois ? C’est parti !), je crée une enskildsfirma (voir notre article Comment créer son entreprise en Suède), mon entreprise dans le tourisme en Scandinavie. Je conçois et gère des voyages à dominante culturelle ou nature pour des groupes professionels francophones à besoin spécifiques et variés. Ça marche bien pour moi et pour toute la famille. La Suède on adore, et du coup, on y reste plus de sept ans.

Le contrat de mon mari n’étant pas renouvelé, nous rentrons dans notre région d’origine en France en 2004. C’est le choc ! Choc frontal avec l’administration, choc brutal avec l’école, choc sociétal avec le statut de la femme dans l’entreprise, choc aussi du manque d’éco-citoyenneté. Nous restons quatre longues années à retrouver notre place dans la société.

Sälstationen à Gålö
©Olivier Bouju

Grâce à mon entreprise, je garde des relations avec la Suède, mais Stockholm manque à toute la famille. Alors, en 2008, cap au nord, c’est notre grand retour. Pour me sortir un salaire, je transforme mon auto-entreprise en aktiebolag, mon conjoint bon suédophone enchaîne les boulots et finit par décrocher un CDI. Nos finances sont stables, on profite de la vie, archipel, patinage, ski, rando et kite surf. Et puis, les enfants quittent le nid.

L’aventure, le rêve d’une vie, c’est maintenant ou jamais… En 2017, le magazine Stångmärket, organe officiel de Skärgårdstiftelsen, la fondation de l’Archipel, fait un appel à candidature : grâce à des fonds européens, Palmen, centre de recherches ultra-secret utilisant des phoques détecteurs de sous-marins durant la seconde guerre mondiale, va être ouvert au public sous forme de refuge/auberge. Nous déposons un dossier.

Dans l’attente, je lis les rapports historiques sur l’entraînement des phoques de Valdemar Fellenius, scientifique suédois responsable du projet Palmen, au sud de Gålö à 20 km de Stockholm. Je m’informe des conditions de vie dans ces petites stugas secrètes, regroupées autour du ponton en 1943 et imagine mes conditions de vie et de travail dans ces mêmes stugas rénovées et meublées avec le goût sûr d’une architecte d’intérieur en 2018. Notre dossier est retenu. Nous sommes officiellement en charge de ce petit paradis maritime et nous recevons nos premier clients. Tout est pensé pour préserver ce cadre idyllique et diminuer l’impact des visiteurs sur l’environnement. Nous essayons de privilégier le recyclage, une économie durable et solidaire en choisissant nos équipements en ressourceries ou auprès de fournisseurs locaux.

Stand-up paddling à Sälstationen
©Olivier Bouju

La Suède en kit: Où seras-tu et que feras-tu dans 5 ans/10 ans ?

Nous projetons différentes activités en automne, ramassage de champignons ou retraite yoga, le temps d’un week-end. Un atelier « fabrication pain au levain » me tient particulièrement à coeur, car animé par mon fils, boulanger de Fjällbageri à Grövelsjön.

Sälstation est un endroit magnifique, préservé et serein. L’aventure vient juste de commencer pour nous, il y a beaucoup à faire, mais j’apprécie de me retrousser les manches dans un tel environnement, en pleine nature. Alors, je suis sereine ; j’aime transmettre et partager mon harmonie intérieure.

Plus d’info ici : www.salstationen.com

Sälsationen sur Gålö, Google maps
Sälsationen sur Gålö

Dans les alentours

Retrouvez notre sortie nature RANDO — Des airs de Méditerranée à Gålö

Les précédents Portraits

Lisez aussi ces articles !

A propos Sylvie R 90 Articles
En Suède depuis plus d' une trentaine d'années, j'ai habité Uppsala, Ultrå à côté d'Örnsköldsvik et Torserud dans le comté de Värmland, vit depuis 20 ans à Nacka. Après trois décennies comme enseignante titulaire au Lycée Français Saint-Louis, je suis doula, coach de grossesse et accouchement à Stockholm. J'adore écrire et aime partager mes bons plans et bons coins en Suède.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.