Valider un niveau C1 en suédois : démarches et mode d’emploi

Depuis une dizaine d’années, les certifications linguistiques fleurissent de toutes parts : en anglais, en espagnol, en italien, et, cette langue ne dérogeant pas à la règle, en suédois. Les certifications ont pour fonction d’évaluer le niveau acquis dans une langue donnée, et surtout pour intérêt de permettre l’accès à certaines professions ou institutions.

En Europe, depuis les années 2000 a été instauré un cadre européen de référence pour les langues (CECR), mesurant les compétences linguistiques sur une échelle composée de 6 niveaux, allant du niveau A1 (grand débutant) au niveau C2 (utilisateur très expérimenté).

Dans cet article, notre choix s’est porté sur un niveau C1 de suédois, que vous avez la possibilité de faire certifier par la Folkuniversitet en passant le « Språktest« , littéralement le test linguistique. Voici les démarches et le mode d’emploi pour attester son niveau, comprendre le déroulement des épreuves et s’y préparer en toute sérénité.

Niveau C1 : de quoi parle-t-on ?

Comme le montre le document ci-dessous, le C1 est le 5ème des échelons du CECR. L’utilisateur est alors dit « expérimenté », ce qui équivaut à ce que l’on a pour coutume de désigner comme un niveau « courant » en français, « fluent » en anglais, et « flytande » en suédois.

Les niveaux du CECR

 

Faut-il certifier son niveau ?

Qu’on se le dise : la certification en langue n’a en soi rien d’une impérieuse nécessité. Mais pour ne pas être nécessaire, elle n’en est pas moins dans certains cas très utile, voire indispensable. Au-delà du besoin même que certains d’entre nous ressentent quelquefois de nous fixer des objectifs ambitieux pour mieux avancer, la certification C1 peut permettre l’accès à certaines professions, en particulier celles qui requièrent en Suède une licence (legitimation).

À ce jour, contrairement à l’anglais, le français ou l’espagnol, aucune certification C2 n’existe en suédois et, en 2021, la certification C1 est donc la plus élevée que l’on puisse obtenir. C’est dire qu’elle peut suffire à attester ses compétences auprès d’un certain nombre d’employeurs, notamment dans le secteur public. Tel est par exemple le cas de l’enseignement ou celui des métiers du soin.

Skolverket – la Direction nationale de l’enseignement scolaire – exige ainsi un niveau C1 de la part des enseignants titulaires français désireux de porter une candidature pour l’obtention d’un certificat d’aptitude à l’enseignement (lärarlegitimation) par équivalence de diplômes. Il en va de même pour le personnel médical, qui constitue du reste la majorité de ceux qui passent cette certification. Il convient aussi de préciser que le C1 est le niveau exigé pour suivre des études supérieures en Suède : c’est néanmoins un test spécifique, le Tisus, qui est exigé par les universités suédoises.

Dans le secteur privé, les critères de sélection des employeurs peuvent être plus souples, notamment dans les entreprises orientées vers l’international où l’anglais est la principale langue de travail. Pour autant, bon nombre de postes requièrent dans la pratique la maîtrise du suédois, ainsi qu’une connaissance de la culture suédoise dans le travail au quotidien.

Ainsi, bien que la certification ne soit pas exigée explicitement dans une offre d’emploi pour prouver que vous parlez couramment suédois, prendre l’initiative de l’inclure en plus de votre CV et votre lettre de motivation peut être un atout majeur dans votre candidature, qui peut vous permettre de vous différencier des autres candidats internationaux.

De fait, si passer la certification n’est pas forcément obligatoire pour les étrangers qui cherchent à s’installer en Suède, l’apprentissage de la langue est véritablement la clé d’une intégration réussie et d’un épanouissement sur le long terme.

Combien ça coûte ?

Det är där skon klämmer ! C’est là que le bât blesse ! 3 000 SEK (couronnes suédoises) seront demandées à l’inscription à Folkuniversitet  sans compter le coût éventuel des cours et des manuels au préalable. Notez qu’il est possible d’annuler gratuitement sa participation : pour ce faire, envoyez un email au professeur responsable de la certification (vous le trouverez dans le mail d’inscription comme « ledare »). Veuillez dans ce cas à vous y prendre le plus tôt possible.

Où le passer ?

Quel que soit le lieu, les épreuves ont toujours lieu en présentiel, y compris en période de pandémie.

Le passage de la certification C1 peut se faire plusieurs fois par an dans quatre métropoles suédoises :

  • Stockholm
  • Göteborg
  • Lund
  • Linköping (la certification y est plus onéreuse et coûte 3 750 SEK).

Les épreuves et les types de sujets

Les épreuves se déroulent de 9h30 environ à 16h. Elles sont au nombre de 4, dans l’ordre suivant :

  • Compréhension écrite (läsförståelse). Durée : 1h45. Puis 15′ de pause. Cette partie se compose de différentes questions sur plusieurs textes relevant le plus souvent de la presse ou des autorités gouvernementales, et traitant de thématiques telles que l’histoire, la science ou encore la politique. Les questions prennent la forme de QCM (questions à choix multiples) ou de courtes réponses d’une phrase à rédiger sur des questions. L’objectif de cette épreuve est de tester votre capacité à comprendre un texte complexe, mais aussi votre maîtrise de la grammaire et du vocabulaire. Elle est notée sur 40. Il faut 26 points pour réussir cette épreuve.

  • Compréhension orale (hörförståelse). Durée : 30′. La partie Hörförståelse comprend trois extraits diffusés une seule fois. Des questions sont posées sur chacun des extraits diffusés. L’objectif est de voir si vous savez comprendre les informations essentielles d’une courte conversation ou d’une émission à la radio, le tout avec différentes dictions. Cette partie est notée sur 20. Il faut 13 points pour la réussir.

  • Expression écrite (skriftlig uppgift). Durée : 2h. Il s’agit d’une longue rédaction, avec un format à mi-chemin entre la dissertation et l’expression libre. L’un d’entre nous est tombé sur un sujet ayant pour thème le rôle des informations en société, l’autre sur le monde du travail à l’heure de la pandémie. Tout sujet s’accompagne de plusieurs pistes et de citations pour nourrir sa réflexion. Dans les cas cités, il nous était ainsi suggéré de réfléchir, entre autres, à la désinformation ou à l’environnement de travail idéal. L’objectif de l’épreuve est de tester votre capacité à rédiger un essai en suédois et d’argumenter de façon structurée. Deux à trois pages sont attendues. Il n’y a pas de note ou de score, mais une validation globale.

  • Expression orale (muntlig uppgift). Durée : 20′ de préparation, 20′ de présentation. Une feuille est distribuée, comportant un court texte d’une dizaine de lignes, accompagné de quelques pistes de réflexion. Dans notre cas, il s’est agit d’un texte (non sourcé) remettant en cause l’influence des téléphones portables sur les relations sociales, et dans l’autre d’une réflexion sur l’introduction du revenu universel en Suède. Cette dernière partie de la certification s’effectue normalement en binôme : après 20′ de préparation, on discute devant un examinateur avec un autre candidat du sujet traité. L’un de nous deux est néanmoins passé seul, et a été invité à résumer le texte, à donner son avis sur la pertinence des affirmations contenues dans le texte. Le passage seul n’est pas un problème et n’est pas réputé être plus difficile qu’en binôme. En revanche, il convient de relever que l’expression orale est enregistrée et que cet enregistrement peut être intimidant, de prime abord. Notons cependant qu’une certaine bienveillance règne et que les examinateurs des épreuves écrites comme orales se sont dans nos deux cas montrés très avenants. Là encore, l’idée est avant tout de tester la capacité à s’exprimer sur un sujet complexe, tant dans la richesse du vocabulaire que la capacité à participer avec aisance à une conversation. De même, il n’y a pas de note ou de score, mais une validation globale.

Comment s’y préparer ?

Réussir la certification C1 exige une préparation certes solide, mais qui n’a rien d’insurmontable. Le niveau exigé n’est pas un felfri svenska, un suédois qui serait dénué de toute erreur comme de tout accent, loin s’en faut !

Si nous prenons l’exemple de nos deux trajectoires, Amélie a préparé la certification à Stockholm auprès de Folkuniversitet pendant une période de chômage de plusieurs mois, passant d’un niveau B1 à un niveau C1 via des cours intensifs qui lui ont beaucoup servi. Antoine a quant à lui décidé d’apprendre en autodidacte en parallèle de son travail.

Si beaucoup de facteurs ont une influence sur la capacité à apprendre le suédois (âge, disponibilité, langues déjà maîtrisées, etc.), obtenir la certification C1 est loin d’être inaccessible, du moment que les ressources sont les bonnes, la régularité de mise, et forte, avant tout, la motivation !

On ne saurait trop vous conseiller cependant :

  • de regarder les séries suédoises , disponibles par exemple sur SVT ou Netflix. N’hésitez pas à ajouter les sous-titres en suédois pour faire d’une pierre, deux coups !
  • de lire de nombreux ouvrages : Journaux, BD, livres en lättsvenska pour débuter, puis tous types d’ouvrages.
  • de rencontrer des Suédois et Suédoises et de parler dès que vous le pouvez, sans attendre de développer un niveau que vous estimez suffisant. Il existe par exemple des cafés de langue dans les bibliothèques ou les maisons de quartiers.
  • d’écouter les émissions de Sveriges Radio.
  • d’utiliser éventuellement des applications telles que Duolingo : mais ce type d’application ne permet pas, à notre avis, de dépasser un niveau A2 dans une langue. Il doit donc servir pour débuter, plus que pour se perfectionner. Des applications complémentaires peuvent être utilisées pour mémoriser le vocabulaire sous la forme de flashcards (Vokabelbox, Quizlet, etc.).
  • de reprendre les exercices vus en cours pour revenir sur les points de grammaire, si vous avez suivi des cours.

Apprendre une langue, c’est finalement comme apprendre un nouvel instrument de musique, ou découvrir un nouveau sport : l’important est d’allier plaisir et régularité. Mieux vaut consacrer quinze minutes tous les jours à écouter votre émission de radio préférée, plutôt que de vous lancer dans une série la veille de l’examen.

En cas d’échec / de réussite

Comme le montre le certificat ci-dessous, deux possibilités existent pour chacune des 4 épreuves : soit le candidat a réussi (« godkänt »), soit il est recalé (« underkänt »).

Si l’une des 4 composantes est ratée, le candidat dispose alors de six mois pour la repasser. Il faut une fois encore se rapprocher par mail du responsable de la certification. L’épreuve de rattrapage coûte 750 SEK.

Si 2 des 4 parties sont ratées, alors aucun rattrapage n’est prévu.

Mais si vous réussissez les 4 épreuves, vous recevrez dans un délai d’une à deux semaines un email avec le certificat en format pdf. Vous avez aussi la possibilité de demander l’envoi postal de la copie de votre certificat.

Il ne reste désormais plus qu’à vous lancer, et, pour nous, qu’à vous souhaiter chaleureusement lycka till !

Pour aller plus loin :

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article et le partage de vos expériences.
    Est-ce que le niveau c1 est acquis si nous suivons les cours jusque SVA3 ? Chaque cours (sva 1, 2 et 3) se certifie via un nationella prov. Il est en effet difficile pour moi de trouver l’équivalence/de faire le parallèle entre les niveaux européens (A1 jusque C2) et les cours donnés en Suède (SFI jusque SVA3)…

    • Bonjour Hélène !
      Effectivement les cours de SFI suivent avant tout le référentiel suédois, avec une validation via les nationella prov, mais le niveau acquis si l’on va au bout du cursus (SV3 validé) peut correspondre à un niveau C1 si l’on se place du point du vue du CECR.
      Vous pouvez également vous rapprocher de votre enseignant ou votre organisme de formation le cas échéant, qui pourra également vous renseigner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.