Devenir professeur remplaçant en Suède même sans diplôme, c’est possible !

Professeur faisant la lecture dans la classe
©Ann-Sofi Rosenkvist/imagebank.sweden.se

Vous avez pour ambition de devenir professeur des écoles en Suède ou vous cherchez tout simplement un boulot temporaire ? Vous pouvez devenir professeur remplaçant ou vikarie comme on dit en suédois. C’est peut-être votre porte d’entrée pour travailler dans l’enseignement et cela ne nécessite pas de diplôme. Voici nos conseils pour vos premiers pas à l’école.

Comprendre le statut de vikarie

Même sans formation diplômante, vous avez la possibilité de travailler dans une école grâce au contrat de vikarie. Il s’agit d’un contrat de professeur remplaçant avec lequel vous êtes rémunéré à l’heure. Bien entendu, une expérience auprès des enfants sera toujours un plus et des notions de suédois sont fortement conseillés pour comprendre un minimum ce que les enfants vont vous dire ! 

Ce travail fonctionne sur le principe de l’offre et la demande. Lorsque les professeurs sont absents, malades ou en formation, vous pouvez être appelé à les remplacer pour une heure, une journée ou une semaine. Il faut donc que vous soyez très flexible au niveau de vos horaires de travail car on peut faire appel à vous du jour pour le lendemain. Le point positif est que la flexibilité des horaires fonctionne dans les deux sens, pas besoin de se rendre disponible 7j/7 si vous avez d’autres projets en cours. 

Vous pouvez être engagé pour faire des remplacements de français, mais aussi d’anglais ou tout autre langue vivante que vous maitrisez. Pourquoi pas même tenter d’enseigner l’éducation physique et sportive ? Si vous êtes manuel, vous aurez aussi l’opportunité de dispenser des cours de travaux manuel ou ménager. Et pour les plus bricoleurs d’entre vous, il existe même des leçons de sculpture et travail sur bois qui font partie des cursus classiques à l’école ! 

Si vous souhaitez travailler sur le long terme à l’école à un poste d’enseignant, vous devrez alors postuler pour un contrat classique en CDI (tillsvidareanställning). Dans ce cas, une formation de professeur des écoles ou une équivalence est obligatoire. Pour cela, il faudra demander à Skolverket (la Direction nationale de l’enseignement scolaire en Suède) une autorisation d’enseigner sur la base de votre diplôme étranger.  

Professeur et élèves en école primaire suédoise.
©Ann-Sofi Rosenkvist/imagebank.sweden.se

Comment trouver un poste ?

L’un des premiers moyens pour trouver un contrat de vikarie est de consulter les sites de recherche d’emplois. L’astuce est de rechercher des postes pour enseigner le français. Vous pouvez retrouver tous les sites et les méthodes pour rechercher des postes en Suède sur notre article “Trouver du travail en Suède”. 

Vous avez également la possibilité de postuler en candidature spontanée. C’est une très bonne façon de montrer aux écoles que vous êtes disponible. Les établissement rencontrent souvent différents profils de vikarie et se constituent ainsi un “pool” de remplaçants disponibles á contacter en fonction des besoins. 

Enfin, si de façon générale il est important d’avoir de bons contacts autour de soi pour chercher du travail, c’est particulièrement le cas en Suède : parlez de votre projet autour de vous. Il peut toujours y avoir l’ami(e) d’un(e) ami(e) qui connait une personne travaillant dans une école et qui peut faire passer votre candidature.

Bon à savoir : pour travailler avec les enfants, vous aurez besoin de faire une demande de utdrag ur belastningsregistret, un extrait de votre casier judiciaire. Il peut être demandé gratuitement auprès de la polis (police suédoise). Il suffit de télécharger et compléter le document sur leur site web et leur envoyer par mail. Vous recevrez sous quelques jours votre extrait de casier par courrier, que vous transmetterez, fermé, à l’école qui souhaite vous recruter.

Comment devenir professeur remplaçant en Suède.
©Sofia Sabel/imagebank.sweden.se

L’organisation des cours

Si vous avez la chance de pouvoir commencer en tant que vikarie, vous risquez d’être étonné de certaines différences entre l’éducation en Suède et celle en France. Alors autant arriver préparé ! Bien sûr, cela peut varier d’une école à une autre et ce ne sont pas des caractéristiques qui correspondent à toutes les écoles, mais voici quelques situations que vous pourriez rencontrer. 

  • Établissement suédois oblige, toutes les chaussures, cartables et manteaux des enfants restent dans le couloir. Les cartables peuvent parfois être de simples accessoires pour les enfants car ils ont tous la possibilité de laisser leurs affaires dans des casiers à disposition toute l’année. Les cahiers, crayons, feutres etc sont parfois fournis par l’école. Ça allège pas mal la charge à porter ! 
  • Le travail en groupe est généralement favorisé par rapport au travail individuel. Il est fréquent que les tables dans les classes soient organisées par groupe de 4 ou 5 et presque aucune table ne fait face au tableau ! Cela favorise donc les bavardages ou discussions entre les enfants, mais c’est ce qui est recherché. 
  • Vous n’entendrez jamais une cloche sonner. Le planning est expliqué au début de la journée et les enfants respectent les horaires, même pour les récrés ! À eux de gérer leur temps et vérifier à ne pas être en retard. Le seul rappel à l’horaire peut être un coup de sifflet dans la cour pour prévenir que la pause est bientôt terminée. 
  • Ne cherchez pas de clôtures ou de barrières autour du terrain de l’école, vous n’en trouverez pas. La cour  est souvent délimitée par des objets quelconques mais les enfants ne sont pas enfermés. Ils savent simplement qu’ils peuvent jouer et prendre une pause du terrain de foot jusqu’à la balançoire par exemple. 

Il existe encore de nombreuses subtilités que nous pourrions lister mais ça sera à vous de vous faire votre propre idée et d’expérimenter l’éducation à la suédoise. 

Le travail en groupe est privilégié pour les enfants en Suède.
©Ann-Sofi Rosenkvist/imagebank.sweden.se

Fritids, à vous de jouer !

D’une façon générale les cours se terminent beaucoup plus tôt qu’en France, autour de 14h environ. Beaucoup de parents bénéficient de flexibilité au travail pour venir chercher leurs enfants après la classe. Mais nombreux sont les enfants qui restent encore quelques heures au fritids de l’école en attendant que maman et papa soient libres. 

Les écoles ont souvent besoin de personnel sur ces horaires. N’hésitez pas à préciser sur vos candidatures si vous êtes disponibles en dehors des heures de classe. Cela peut aussi être plus simple pour vous quand vous commencerez. Le fritids peut avoir lieu avant, après l’école et durant les vacances scolaires. Il peut donc y avoir de la demande ! 

Durant les heures de fritids, les écoles organisent des activités périscolaires allant d’ateliers manuels à des excursions culturelles ou dans la nature. Vos journées pourront être très variées.

Les enfants s'amusent au fritis.
©Ann-Sofi Rosenkvist/imagebank.sweden.se

Une expérience enrichissante à tester

Que vous soyez attiré par un poste d’enseignant ou que vous cherchiez tout simplement un “petit” boulot durant vos études ou à votre arrivée en Suède, devenir vikarie peut être une expérience enrichissante pour apprendre plus sur votre pays d’adoption et les prochaines générations de Suédois. Il n’y a plus qu’à vous lancer !

 

Continuez votre lecture avec notre article sur le système scolaire suédois.

Emma Gauci
A propos Emma Gauci 1 Article
Fraîchement débarquée à Stockholm en début 2020 après avoir vécu toute ma vie en France, je suis une franco-suédoise curieuse et dynamique. Je n’ai pas fini de m’extasier de ce que peut offrir la Suède.

7 Commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cette article, très inspirant! En revanche, la rémunération n’y est pas abordée. Auriez-vous une idée du niveau auquel on peut s’attendre ?

    • Bonjour Laetitia,

      Merci pour votre question ! Cela va dépendre des communes qui vont vous employer mais généralement la rémunération pour un poste de remplaçant est autour de 150SEK/heure.

    • Merci pour cet article. J’ai une question concernant le casier judiciaire. Ça semble simple, pourtant, quand on arrive d’un autre pays, ça doit être plus compliqué. Il faudrait sûrement demander un casier à chaque pays où on a vécu (pour moi: 3), n’est-ce pas?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.