Le système scolaire suédois 

©Sofia Sabel/imagebank.sweden.se

L’école suédoise est obligatoire à partir du semestre d’automne de l’année des 6 ans de l’enfant, et ce jusqu’à ses 16 ans. Cela couvre donc förskoleklassen, et toute l’école primaire (grundskolan). Le lycée (gymnasiet) lui n’est pas obligatoire. Tout l’enseignement est gratuit à partir de förskoleklass jusqu’à l’université pour les résidents suédois, c’est à dire qu’il n’y a pas de frais d’inscription, mais les fournitures et la littérature sont à la charge de l’étudiant en enseignement supérieur. 

 

L’enseignement scolaire et supérieur suédois

Le système scolaire suédois se compose de plusieurs niveaux :

  1. la maternelle avec förskola (école maternelle) 
  2. förskoleklass (classe intermédiaire entre la maternelle et le primaire) ; 
  3. l’école primaire qui comprend grundskola (école primaire), fritidshem (garderie péri-scolaire), specialskola (école spéciale), särskola (école primaire spécialisée),  sameskola (école lapone) ;  
  4. le lycée gymnasieskola (lycée) ; 
  5. l’enseignement supérieur avec vuxenutbildning (enseignement adulte, y compris folkhögskola, école populaire supérieure, et svenska för invandrare, SFI), yrkeshögskola (école professionnelle) ainsi que högskola (école d’enseignement supérieur) et universitet (université).

L’enseignement est dispensé par les administrations publiques (commune, région ou État en fonction du niveau) ou de manière indépendante, en tant que friskola ou privatskola.

Système scolaire suédois
Schéma du système scolaire suédois

La responsabilité de l’enseignement scolaire est répartie entre l’État et la commune : l’État décide des lois, des programmes d’enseignement (läroplan) et des plans de cours (syllabus, kursplan), et forme les enseignants. L’Agence nationale pour l’éducation, Skolverket (un peu l’équivalent de l’Éducation nationale française) supervise l’enseignement scolaire ; Universitets kanslerämbetet (UKÄ) supervise l’enseignement supérieur. Les communes, quant à elles, se chargent de fournir les bâtiments, les infrastructures, de recruter les enseignants des écoles communales et de contrôler l’enseignement dispensé. Les règles sont les mêmes pour les écoles municipales et indépendantes.

 

L’école maternelle = förskolan, de 1 à 5 ans

Avant l’âge de 6 ans, la plupart des jeunes enfants à partir de 1 ans-1½ ans vont à l’école maternelle, förskola (littéralement ”pré-école”). Le terme de dagis (diminutif de daghem) est encore largement répandu. Förskolan n’est pas obligatoire.

Les förskolor peuvent être gérées soit par la commune soit par une coopérative de parents ou de personnels, par des fondations ou des sociétés anonymes ; elles sont alors appelées friskolor (mot-à-mot “écoles libres”). L’école maternelle n’est pas obligatoire mais la commune est tenue de proposer une place à tout enfant à partir d’un an, que les parents travaillent, fassent des études, soient sans emploi ou en congé parental, ou si l’enfant lui-même en a besoin à cause de sa situation familiale. Les enfants dont les parents sont sans emploi ou en congé parental ont droit à une place pendant au moins 3 h/jour ou 15 h/semaine. Certaines communes offrent plus d’heures par semaine.

À partir de l’âge de 3 ans, l’école maternelle est gratuite et propose un enseignement d’au moins 15 h/semaine. Tous les enfants sans exception sont acceptés en maternelle. Les trois heures quotidiennes de förskola sont gratuites. Au-delà des ces 3 h/jour, les communes fixent un tarif en fonction du revenu des parents, jusqu’à un seuil maximum. En 2019, 85 % des enfants âgés de 1 à 5 ans étaient inscrits dans une förskola, dont 521 885 (79 %) en régie communale. 

À ce niveau-là, l’apprentissage passe beaucoup par le jeu :

L’école maternelle doit stimuler la créativité, la curiosité et l’assurance des enfants. Elle doit permettre aux enfants de développer leurs capacités d’exploration, de communication et de réflexion. Les activités pédagogiques doivent encourager les enfants à prendre des initiatives et des responsabilités, tout en leur permettant de travailler aussi bien seuls qu’avec les autres. Les pédagogues doivent encourager et pousser les enfants à expérimenter leurs propres idées et celles des autres, à résoudre des problèmes et à passer de l’idée à l’action. C’est ce qu’ils réalisent, par exemple, par le jeu, le chant, le mouvement, la coopération, la peinture et l’exploration de la nature. Les repas, inclus à l’école maternelle, font partie des activités pédagogiques. L’une des missions importantes de l’école maternelle est d’établir la sécurité et de bonnes relations avec les enfants et les titulaires de leur garde.

Skolverket

Enfants d'école maternelle
©Maskot/Folio/imagebank.sweden.se

Förskoleklass, à 6 ans

À partir de 6 ans, l’école devient obligatoire avec förskoleklass (ou årskurs F) : c’est en quelque sorte une classe préparatoire à l’école primaire, où l’on commence à aborder des matières un peu plus scolaires. Cette classe est bien sûr gratuite et compte 525 d’heures d’enseignement sur l’année scolaire.

En 2019, 121 956 élèves étaient inscrits en förskoleklass. Le nombre d’enfants par classe est en moyenne de 15, encadrés au total par 101 243 enseignants employés à plein temps.

L’école primaire = grundskolan, de 7 à 15 ans 

L’école primaire suédoise est composée de trois cycles : lågstadiet et mellanstadiet (qui correspondent à l’école primaire française), puis högstadiet qui correspond au collège. La première année s’appelle årskurs 1 (abrégé ÅK1) (ou 1:an [ettan] = ”1ère classe”, équivalent du CP français) et la dernière année du collège årskurs 9 (ÅK9) (ou 9:an [nian] = ”9ème classe”, équivalent de la 3ème). 

Les matières enseignées à l’école primaire sont : le suédois langue maternelle ou le suédois seconde langue, les mathématiques, l’anglais, les matières pratiques et esthétiques, la technologie, les matières d’orientation sociétale (abrégées “SO” pour samhällsorienterade en suédois), les matières d’orientation naturelle (abrégées “NO” pour naturorienterade en suédois), la langue maternelle (modersmål) et les langues modernes. 

Au moins une fois par semestre a lieu utvecklingsamtal, un entretien avec l’élève, l’enseignant et le responsable de l’enfant au cours duquel est discuté la scolarité et le bien-être de l’élève. Cet entretien fournit un état du développement des connaissances et de l’évolution sociale de l’élève.

Des notes sont attribuées à partir de årskurs 6 (ÅK6) (soit la 6:ème dans le système français) à la fin de chaque semestre. Les notes suédoises ne sont pas chiffrées mais sous forme de lettres, réparties en six échelons, de A à F, où A est la note maximale. Les notes de A à E sont les notes d’admission et la note F signifie “non admis”. Un trait à la place d’une note signifie que l’élève a été trop souvent absent pour que l’enseignant puisse être en mesure de l’évaluer. Au cours de årskurs 6, les élèves ont des épreuves nationales en suédois, anglais et mathématiques. En årskurs 9, l’élève quitte grundskolan avec des notes finales qui servent de base à l’admission dans l’enseignement secondaire.

En 2019, 1 086 180 élèves étaient inscrits à grundskolan, dont 912 582 en régie communale, pour un total de 92 890 professeurs.

 

Avant et après les heures de classe ainsi que pendant les vacances scolaires, à partir de 6 et en général jusqu’à 13 ans (cela peut varier), des activités périscolaires sont proposées par les fritidshem (communément appelées fritids ou fritis), souvent situés dans la même école.

Särskola, l’école primaire spécialisée, se charge des enfants atteints de handicap intellectuel ou de lésions cérébrales acquises. Specialskolan, l’école spécialisée, quant à elle, accueille les élèves malentendants, malvoyants, gravement handicapés du langage ou atteints de plusieurs handicaps combinés. Pour pouvoir inscrire son enfant dans l’une des 10 specialskolor de Suède, il faut envoyer une demande auprès de Specialpedagogiska myndigheten (SPSM), l’Agence des pédagogies spécialisées.

Classe d'école primaire
©Ann-Sofi Rosenkvist/imagebank.sweden.se

Le lycée = gymnasiet, de 16 à 20 ans 

Comme en France, le lycée n’est ni obligatoire, ni payant. Il existe des lycées généraux et des lycées professionnels. Les classes s’appellent 1:an, 2:an et 3:an (= 1ère, 2ème et 3ème années). Le lycée général, avec 6 filières, prépare aux études universitaires et propose les programmes suivants : 

  1. ekonomiprogrammet, où on acquiert des connaissances économiques et juridiques,
  2. estetiska programmet, qui ouvre sur une formation artistique,
  3. humanistiska programmet, l’équivalent de la filière littéraire (L) française,
  4. naturvetenskapsprogrammet, l’équivalent de la filière scientifique (S),
  5. samhällsvetenskapsprogrammet, l’équivalent de la série économique et sociale (ES),
  6. teknikprogrammet, le programme technique.

Les lycées professionnels préparent eux à différentes professions, avec 12 filières : 

  1. barn- och fritidsprogrammet, pour les formations de la petite enfance et pédagogiques,
  2. bygg- och anläggningsprogrammet, pour les professions du bâtiment,
  3. el- och energiprogrammet, formation électricien,
  4. fordons- och transportprogrammet, formation mécanique auto,
  5. handels- och administrationsprogrammet, sciences du management et de la gestion,
  6. hantverksprogrammet, formations artisanales,
  7. hotell- och turismprogrammet, professions dans l’hôtellerie et le tourisme,
  8. industritekniska programmet, sciences et technologies de l’industrie et du développement durable,
  9. naturbruksprogrammet, sciences et technologies de l’agronomie et du vivant,
  10. restaurang- och livsmedelsprogrammet, professions de la restauration et de l’alimentaire,
  11. VVS- och fastighetsprogrammet, professions CVC,
  12. vård- och omsorgsprogrammet, sciences et technologies de la santé et du social.

Toutes les filières professionnelles contiennent au moins 15 semaines d’apprentissage sur un lieu de travail.

Lycéens et professeur
©Maskot/Folio/imagebank.sweden.se

Si un élève n’a pas les compétences requises à la sortie du högstadiet (collège) pour entrer dans un des programmes nationaux du lycée, un programme d’initiation lui est proposé, pour se mettre à niveau. Il existe 4 programmes d’initiation :

  1. programinriktat val, programme choisi, en fonction du programme national désiré par la suite,
  2. yrkesintroduktion,  initiation professionnelle, pour ceux qui désirent s’orienter vers un programme professionnel,
  3. individuellt alternativ, alternative individuelle, pour les élèves voulant se former en vue d’un emploi, poursuivre des études au lycée ou en vue d’une autre formation, 
  4. språkintroduktion, initiation linguistique, pour les jeunes nouveaux arrivants en Suède : l’enseignement se concentre sur l’apprentissage du suédois.

 

Il existe également des riksrekryterande program, programmes nationaux de recrutement, pour devenir :

  • mécanicien d’aéronef ou d’hélicoptère, flygteknikerutbildning,
  • ingénieur en conception et développement de produits, informatique, technologie de production ou construction communautaire, gymnasieingenjörutbildning, après teknikprogrammet, le programme technique,
  • constructeurs de bateaux, ingénieurs marins et ingénieurs en systèmes marins, marinteknikutbildning,
  • marin de commerce, sjöfartsutbildning,
  • mécanicien de train, tågteknikutbildning,
  • danseur professionnel, yrkesdansarutbildning,
  • enfin, le programme samiska näringar forme à l’élevage de rennes, l’artisanat sami, la culture culinaire sami et le tourisme sami. 

 

Les jeunes handicapés ont accès à un enseignement secondaire spécialisé de quatre années, gymnasiesärskola.

Le baccalauréat en tant qu’examen final du lycée n’existe pas en Suède, car il est remplacé par un contrôle continu. À la fin de la 3:an, tous les lycéens tar studenten, quelques soient les résultats. (Lisez notre article sur studenten.) Si les notes sont inférieures à la moyenne dans certaines matières nécessaires pour la poursuite des études supérieures, les étudiants vont rattraper ces matières au komvux, l’école communale pour adultes. 

En 2019, 355 004 élèves étaient inscrits au lycée, dont 207 936 dans les 6 filières préparant aux études universitaires, 102 191 dans les 12 filières professionnelles et 44 887 dans les 4 programmes d’initiation. Le nombre de professeurs enseignants au lycée était de 30 449.

Skolverket – Svenska skolan för nyanlända from AHA Produktion on Vimeo. (NB : Cette vidéo date d’avant l’obligation de förskoleklassen.)

Une seconde chance 

Une particularité de l’enseignement en Suède, c’est la possibilité d’avoir toujours une seconde chance. L’école ne s’arrête pas une fois un diplôme en poche, on peut changer de filière en cours de cursus, faire une pause après le lycée, rentrer à l’université passé 20 ans ou revenir sur les bancs de l’école en milieu de carrière. Les écoles suivantes permettent de se mettre à niveau et de prendre un nouveau départ.

L’enseignement pour adultes = komvux

Tout détenteur de personnummer a accès, gratuitement, à l’enseignement de komvux à partir du 1er juillet de l’année de ses 20 ans (dans certains cas, il est possible de commencer avant l’âge de 20 ans). Le komvux est destiné aux adultes qui n’ont pas suivi l’enseignement primaire ou secondaire suédois, pour compléter une scolarité passée ou réorienter une formation. Le komvux dispense également le cours de SFI, svenska för invandrare (plus d’info à ce sujet dans cet article). Lorsque vous commencez l’enseignement municipal pour adultes, vous avez droit à un plan d’études individuel. L’enseignement au sein de komvux donne droit au CSN, la bourse-prêt de l’état dont nous parlons dans cet article.

L’enseignement pour adultes handicapés est dispensé par le särvux.

Enseignement pour adultes
©Sofia Sabel/imagebank.sweden.se
Folkhögskola = école populaire supérieure

Pour les adultes n’ayant pas fait ou achevé l’école primaire ou secondaire, et qui, pour cette raison, ont du mal à continuer des études ou à s’établir sur le marché de l’emploi, la folkkhögskola propose des cours adaptés aux connaissances acquises et aux ambitions des étudiants. Ces cours peuvent ouvrir la porte des écoles professionnelles supérieures ou de l’université ou encore déboucher sur un métier, par exemple journaliste, moniteur de loisirs ou interprète en langue des signes. Certains cours s’adressent spécifiquement aux adultes qui viennent d’arriver en Suède. 

Yrkeshögskola = formation professionnelle supérieure

Après gymnasiet ou komvux, une formation professionnelle supérieure permet de choisir parmi un choix de professions vaste. Les formations durent entre une et trois années scolaires et alternent la théorie, en classe, et les stages pratiques, sur les lieux de travail. Un certain nombre d’yrkeshögskolor donnent des cours de soutien en suédois à orientation professionnelle.

L’enseignement supérieur : högskola = école d’enseignement supérieur et universitet = université

On accède aux högskolor et universitet après avoir validé gymnasiet ou complété par d’autres formations équivalentes. Toutes les universités et certaines högskolor font de la recherche, mais seules les universités ont le droit de délivrer un diplôme de doctorat. Karolinska institutet (KI), Kungliga tekniska högskolan (KTH) à Stockholm et Chalmers tekniska högskola à Göteborg sont des universitet, malgré qu’elles n’en portent pas le nom. Il y a au moins une högskola ou universitet dans chaque län suédois.

À l’automne 2019, 359 673 étudiants étaient inscrits dans les högskolor et universités suédoises.

 

Source : Skolverket https://utbildningsguiden.skolverket.se/languages/francais-franska

A propos Audrey L 100 Articles
Française vivant en Suède depuis 1999 et travaillant dans le domaine culturel, je souhaite faire part de mon expérience et de mes connaissances de la société suédoise pour aider mes compatriotes à s'installer en Suède.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.