Semla, la tradition qui a tout bon


Tous les ans en début d’année, le semla débarque immanquablement dans le quotidien des Suédois. Boule de pain au lait parfumée à la cardamome, fourrée de crème d’amande, surmontée de chantilly aérienne, le semla est coiffé d’un petit triangle de pâte et le tout est saupoudré de sucre glace. Et surtout, il est aussi beau que bon.
Semla ou fettisbulle, fastlagsbulle, hetvägg, l’incontournable de Mardi gras


Du Moyen âge au XIXe siècle, le semla, simple petit pain sucré est servi dans une assiette creuse, baigné dans du lait chaud et saupoudré de sucre et de cannelle. Cette tradition rappelle le passé catholique de la Suède et la célébration du Carême, 40 jours avant Pâques. Mardi gras, dernier jour de ripailles où l’on fait bombance avant le mercredi des Cendres, début du frugal  » manger maigre ». Mais gare à l’indigestion ! Le roi Adolf Fredrick, bon vivant qui jamais ne reculait devant un repas de cinq plats, dévora 14 hetvägg (semla servi dans un bol de lait chaud) avant de rendre l’âme en 1771. Il faut attendre les années 1900 pour se barbouiller plus ou moins involontairement le visage de crème fouettée en engloutissant son semla au sortir de la pâtisserie.

photo : imagebank /camilla Dagerman

Semla un jour, semla toujours, je chérirai ton coeur d’amande

De nos jours, la pâtisserie préférée du détective privé Ture Sventon s’est développée d’une manière trop radicale pour certains, puisqu’on trouve le semla jusqu’à Pâques et sous des formes très différentes dans les stations d’essence, les supermarchés, comme dans les boulangeries. Le gourmet préfère le semla fabriqué par un artisan boulanger ou un pâtissier qui garantit en plus de son savoir-faire la qualité et la fraîcheur des matières premières. Même si son prix peut paraître attractif, le vrai gourmand se méfie toujours de la contrefaçon que représente le semla industriel !

photo: imagebank/Susanne Walström

L’édition 2024 est un festival de créativité culinaire et nos pâtissiers français font preuve d’excellence gustative et d’inventivité.
Chez « Komet », Xavier propose le « cremla », savoureux mélange de croissant et de semla et sa création de l’année le semla au café. Classique et élégant, Fosch Artisan Pâtissier décline la petite boule culte au cœur fondant de façon traditionnelle. Coumba de Petit Plaisir innove en fourrant son semla chocolat des caraïbes d’une onctueuse crème pralinée, tout en présentant un semla variation pistache et citron.

 

Crédits photo Petit plaisir- Coumba B.

Aujourd’hui, les Suédois mangent plus de 40 millions de semlor par an. Le jour même de Mardi gras, 5 millions de petits pains sont dégustés. Chaque année, un Suédois mange au moins cinq semlor achetés en pâtisserie. Et c’est sans compter ceux qui sont faits maison…
Vous avez jusqu’à Pâques pour débusquer et déguster le meilleur semla de Stockholm !

Sinon vous pouvez aussi les faire vous-même ! 

A propos Sylvie R 179 Articles
En Suède depuis plus d' une trentaine d'années, j'ai habité Uppsala, Ultrå à côté d'Örnsköldsvik et Torserud dans le comté de Värmland, vit depuis 20 ans à Nacka. Après trois décennies comme enseignante titulaire au Lycée Français Saint-Louis, je suis doula, coach de grossesse et accouchement à Stockholm. J'adore écrire et aime partager mes bons plans et bons coins en Suède.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.