Petite liste scandinave des sports de dingue pour dingues de sport

Course de renne
©Asaf Kliger/imagebank.sweden.se

C’est l’hiver, certains ont tendance à vouloir oublier leurs deux bras et leurs deux jambes pour se lover tranquillement dans un canapé et profiter de l’ambiance “mysig” de leur maison… Pour d’autres, le froid et la glace sont au contraire synonyme d’activité sportive, mais pas n’importe laquelle, de préférence du genre extrême. Pour votre plus grand plaisir, nous avons sélectionné les vidéos sublimes de quelques sports à sensations fortes spécial Grand nord (on a un peu ouvert nos frontières aux pays scandinaves voisins). Rien de tel contre la paresse de l’hiver !

La course folle du skieur : le skijöring

Sport ancestral et longtemps oublié, le ski attelé ou skijöring est un sport alliant le ski et un cheval attelé tractant le skieur. Avant qu’il ne devienne un loisir, les paysans utilisaient ce moyen de locomotion pour le travail et leurs déplacements. Le skijöring a été présenté en sport de compétition aux Jeux olympiques de Saint-Moritz en 1928. Les Américains et les Canadiens en sont de grands fans depuis les années 60.

Il se pratique en carrière fermée, sur des pistes damées et aménagées. Le skieur de fond fournit la puissance, et l’animal ajoute de la vitesse en tirant le sportif. Le skieur est équipé d’une combinaison renforcée et d’un casque. Il faut également avoir des skis courts de moins de 1,50 mètre pour que la distance séparant les spatules des skis et les postérieurs du cheval soit au minimum de 40 centimètres. Le cheval est quant à lui équipé d’un harnais, d’un brancard rigide fixé à la bricole ou à la sellette, permettant au skieur d’être tracté, ainsi que des longues rênes que le skieur utilise pour diriger le cheval.

Variante : la version canine s’accompagne d’un ou plusieurs chiens tirant une luge et se pratique sur un parcours aménagé sur des chemins. Le skieur porte un harnais et le chien porte un harnais de chien de traîneau. Les deux sont reliés par un lien. Il n’y a pas de rênes ou d’autre dispositif de signalisation pour contrôler le chien. Le chien doit être motivé par son propre désir de courir et doit répondre à la voix du propriétaire pour la direction.

Variante (bis) : Le skieur est tiré par un renne. En Norvège, les championnats de skijöring se déroulent dans les rues de la ville de Tromsø chaque année, à l’occasion de la semaine samie. Un renne peut courir jusqu’à 60 km/heure. Le coureur, sur des skis, se fait tirer par sa bête. De quoi ébouriffer le pompon d’un Lapon !

Où et quand : 4 au 10 février, durant la semaine samie à Tromsö, Norvège.

La course de rennes, spécialité samie

Les rennes font la fierté de leurs éleveurs samis. Chaque année, à l’occasion du grand marché sami de Jokkmokk, une course est organisée sur le lac Talvatis. La piste en ring n’est pas longue. Le renne, semi-sauvage, est attelé à une grande luge sur laquelle s’allonge le pilote qui doit s’y cramponner fermement le temps de la course organisée en quarts de finale, demi-finales et finale. Deux équipages courent en même temps et souvent, la victoire se joue à quelques centimètres, les deux animaux se prenant vraiment au jeu.

Où et quand :  Marché de Jokkmokk, du 7 au 9 février

 

Le Grand bleu version arctique : la plongée sous glace en apnée

La plongée sous glace est une forme particulière de plongée qui nécessite une sérieuse préparation physique et mentale. L’entraînement inclut notamment l’apprentissage de la manière dont se forme la glace, la reconnaissance de situation de glace dangereuse, la préparation à la plongée, la connaissance des équipements et des exercices de sécurité ainsi que l’apprentissage des différentes techniques utilisées pour percer les trous d’accès et de sortie de plongée. Les plongeurs qui vont sous la glace sont équipés d’un harnais et sont reliés à la surface par une ligne de vie permettant au plongeur de communiquer avec l’équipe restée au sec. Une personne s’assure que la ligne de vie est constamment tendue et il doit aussi y avoir un plongeur équipé prêt à intervenir en cas de détresse.

En plus de la combinaison de plongée classique en eau froide, le plongeur doit avoir un scaphandre résistant au givre ainsi qu’un scaphandre de secours, des outils pour creuser des trous dans la glace, des outils pour enlever la neige, un harnais de sécurité et une ligne de vie. 

Surfer la vague en Norvège

À première vue, la Scandinavie n’est pas forcément la destination de choix pour pratiquer les sports de voile, surtout en hiver… et pourtant ! Les Lofoten, chapelet d’îles pittoresques à l’ouest de la péninsule scandinave est un spot de surf de choix, et ce, même lorsque les températures s’emballent dans les “moins”, en raison du gulfstream qui empêche la mer de geler sous ces latitudes hostiles. Côté équipement, rien de nouveau, une combi, gants et chaussons étanches, et une planche pour surfer la vague comme à Hawaï… ou presque !

Où et quand : à Unstad, le spot de surf des îles Lofoten, en Norvège. En automne et en hiver, les vagues sont les plus stables. La vague qui accompagne les tempêtes d’automne est l’une des meilleures au monde et vous êtes pratiquement assuré de surfer jusqu’à votre chute. Durant les jours les plus difficiles, en automne et en hiver, les vagues ne sont praticables que pour les surfeurs compétents et expérimentés. Le paysage exceptionnellement beau, les aurores boréales et la lumière envoûtante créent alors une atmosphère totalement différente de celle des spots de surf traditionnels, totalement surréaliste.

L’escalade sur glace

En escalade sur glace, isklättring en suédois, il est particulièrement important de bien apprivoiser le milieu dans lequel le grimpeur va évoluer : la qualité de la glace, sa structure, les pentes supérieures, les récentes variations de températures sont des facteurs essentiels à considérer avant de s’engager dans une cascade de glace. L’équipement doit être de bonne qualité : casque, piolets, crampons, baudrier, cordes, broches et dégaines, DVA (Arva), pelle et sonde, suivant les conditions, sont indispensables. Le grimpeur est vêtu d’une tenue qui laisse libre de tout mouvement, couvrante, imperméable et respirante (type goretex), des sous-vêtements permettant l’évacuation de la transpiration, des chaussettes avec une excellente thermicité, des chaussures “cramponnables” avec semelles rigides et débord avant, des guêtres, deux paires de gants (1 fine permettant la maniabilité + 1 plus épaisse et très chaude).

Où et quand : En Suède, un peu partout dans le nord du Norrbotten au Jämtland. Une des plus grandes chutes d’eau de Suède, Ristafallet, près d’Åre, ou Stora sjöfallet, vers Gällivare, vous donneront certainement les sensations fortes recherchées. Bien d’autres lieux ont leurs prestataires pour vous accompagner. Le site Upplevelse.se propose une sortie sur glace pour tous niveaux, à Åre. Vous pouvez vous inscrire pour participer aux rencontres Laponiaträffen 2019. L’escalade se fait à vos risques, mais on saura vous bichonner, avec bastu et nourriture tous les jours !

A tire-d’aile en snowkite

Voler au-dessus des montagnes enneigées et vierges… c’est possible avec le snowkite, du snowboard ou du ski tiré par une voile de kite. Le snowkite se pratique dans des endroits dégagés, plateaux, cols, vallons, champs. Il demande une bonne condition physique et des connaissances sur le maniement de la voile de kite.

Le matériel pour faire du snowkite se résume à un snowboard ou des skis avec leurs chaussures, une combinaison et ses accessoires de protections hivernales comme le casque et une protection dorsale et une aile de kite. Le snowkite demande moins de force de vent que le kitesurf, dans un vent de 10 noeuds,  il est possible de se balader et de remonter des pentes. Pour un gabarit de 60 à 80 kilos, une aile de 8 à 10 m suffit pour pratiquer dans du vent léger à moyen.

Où et quand : dans les stations de ski, durant la saison hivernale.

L’incontournable randonnée en långfärdskridskor

Le patin à glace, c’est le sport incontournable de l’hiver. Dès que les lacs sont gelés et que les journées s’allongent et s’illuminent, on se retrouve le dimanche pour une sortie plein air en famille, et on sort les patins. Mais les plus férus chaussent leurs longues lames et partent en randonnée sur la glace des lacs ou des mers, arpentant de leur allure filante l’immensité gelée. Plus la glace est fine, plus le challenge est grand. Le must, patiner sur la glace noire, qui ondule sous le courant, chante — le son de la glace est impressionnant — et qui peut ne mesurer que 4 à 5 cm, mais ça c’est pour les pros. L’équipement du patineur, comme toujours en couches superposées, et les chaussures doivent être rigides et tenir la cheville. N’oubliez jamais les consignes de sécurité, il peut vous en coûter une baignade spécialement rafraîchissante !

Maintenant, à vous de choisir, vous pouvez regarder de nouveau toutes les vidéos de ces sports de dingos juste pour le plaisir… ou bien soyez fous, chaussez skis, crampons ou patins et partez vivre votre aventure givrée !

A propos Anne D 20 Articles
Basée à Stockholm depuis 2008, Anne aime observer ce qui l'entoure, expérimenter (même après toutes ces années !) l'exotisme des supermarchés et évoquer les décalages de la vie suédoise prêtant à sourire ou à réfléchir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.