Les salaires suédois

©pixabay

Savez-vous quel est le salaire moyen suédois ? Comment calculer son salaire net ? À quel moment et comment négocier son salaire ? L’égalité homme-femme si chère aux Suédois se retrouve-t-elle vraiment dans les salaires ? La Suède en kit vous donne les réponses.

Comprendre le salaire suédois

Le salaire brut (celui que vous négociez avec votre employeur) s’appelle en suédois : lön före skatt, c’est à dire le salaire avant que l’impôt soit prélevé à la source. Si l’on prend comme exemple le salaire moyen en 2017, soit 33 700 kr, vous recevez sur votre compte bancaire environ 26 058 kr (qui est donc le salaire net, lön efter skatt), selon Skatteverket (le Trésor public suédois). 

Les salaires sont versés entre le 25 et le 27 du mois en fonction de votre employeur.

Sur ce salaire brut, Skatteverket retire, avant son versement sur votre compte, les impôts suivants : 

  • la taxe communale (kommunalskatt, voir notre article sur la déclaration d’impôt pour en savoir plus sur les différentes tranches d’imposition) ;
  • la taxe régionale (landstingsskatt, qui financent entre autres les hôpitaux et les transports en commun) ;
  • la taxe d’enterrement (begravningsavgift, à hauteur de 0,065 % du revenu à Stockholm et de 0,253 % dans les autres communes, qui finance l’entretien des cimetières, des crématoires et de la mise en terre, mais pas les frais d’enterrement individuel) ;
  • la redevance télé (Public service-avgift, qui est devenu un impôt en 2019, 1 % du revenu ou maximum 1 347 kr/personne/an).

Sur votre fiche de salaire, vous ne verrez que la mention preliminärskatt, qui totalise toutes ces taxes.

Depuis le gouvernement Reinfelt (2006-2014), un crédit d’impôt sur le salaire, jobbskatteavdraget, réduit le pourcentage d’impôt sur le revenu, lorsqu’on travaille (les retraités n’y ont donc pas droit). Toujours selon notre exemple, sur un salaire de 33 700 kr, cela représente 2 267 kr qui restent dans votre portemonnaie.

L’employeur paye quant à lui, au-delà de votre salaire, 31,42 % de taxes salariales, arbestgivaravgifter. Ces taxes se décomposent en : 

  • ålderspensionsavgift (10,21 %), les fonds de retraites ;
  • efterlevandepensionsavgift (0,70 %), les allocations veuvage ;
  • sjukförsäkringsavgift (4,35 %), l’assurance-maladie ;
  • föräldraförsäkringsavgift (2,60 %), l’assurance de congé parental ;
  • arbetsskadeavgift (0,20 %), l’assurance des accidents de travail ;
  • arbetsmarknadsavgift (2,64 %), l’assurance chômage ;
  • allmän löneavgift (10,72 % ou 2,30 % pour les jeunes de 18 à 25 ans), un impôt général sur le salaire.

Il existe différents sites pour calculer son salaire efter skatt : Räkna.netStatsskuldEkonomifakta, Lönestatistik. Il faut indiquer votre salaire före skatt, votre commune de domicile, éventuellement votre année de naissance, si vous êtes membre de l’Église suédoise, et si c’est le cas, de quelle församling (paroisse) vous dépendez. En tant qu’immigré, vous n’êtes pas automatiquement membre de l’Église suédoise, vous pouvez donc décocher cette case.

Si vous ne travaillez pas dans la commune de votre domicile, informez-en votre employeur à l’aide du formulaire A-skattesedel (que vous pouvez télécharger ou commander ici). Ainsi, le bon pourcentage d’impôt communal sera prélevé. Vous éviterez alors, soit de payer trop impôts dès le départ (même si vous les récupèrerez l’année suivante avec le skatteåterbäring, retour d’impôt), soit de ne pas en payer assez (et d’avoir à payer plus tard un kvarskatt, mot-à-mot “impôt restant à payer”, à Skatteverket).

 

Un peu de statistiques : les salaires moyens suédois

Salaires les plus élevésSalaires les plus bas
Profession/secteurSalaire brut (före skatt)ProfessionSalaire brut (före skatt)
Directeurs/banque, finance, assurances, haut niveau124 100 krCaissiers23 600 kr
Courtiers/finance82 500 krAgriculteurs23 300 kr
Médecins spécialistes77 900 krEmployés de restaurants/cuisine 23 200 kr
Directeurs/banque, finance, assurances71 200 krTechniciens de surface23 100 kr
Directeurs/recherche & développement, haut niveau69 800 krAide maternelle/ATSEM23 100 kr
Directeurs/hôpitaux, cliniques, haut niveau68 400 krGuides touristiques22 500 kr
Directeurs/informatique, haut niveau66 400 krPersonnel de café21 300 kr
Services à domicile20 200 kr

Statistiquement, les femmes, à tâches égales, gagnent 89 % du salaire des hommes. Et non, l’égalité des sexes n’est pas encore atteinte en Suède…
Plus de statistique ici.

©Sofia Sabel/imagebank.sweden.se

Les négociations de salaire

Vous négociez votre salaire une première fois à l’embauche. Pour savoir à quel niveau vous pouvez prétendre, n’hésitez pas à prendre contact avec votre syndicat et/ou avec les délégués syndicaux de votre futur employeur (leur numéro de téléphone figurent en général sur l’annonce du poste à pourvoir) et donnez plutôt une fourchette. Visez un peu plus haut que votre limite minimale pour avoir une marge de négociation. 

Les salaires sont généralement renégociés tous les ans, à partir d’avril, en fonction des employeurs — certains sont constamment en retard dans leur processus, mais votre augmentation sera payée de manière rétroactive à compter d’avril. Là encore, vous pouvez vous tourner vers votre syndicat et les délégués syndicaux sur votre lieu de travail si vous avez besoin de conseil.

Bien souvent, le lönesättande samtal est précédé d’un ou plusieurs utvecklingsamtal, qui permettent de faire le point au cours de l’année et d’orienter vos tâches de travail. Votre manager vous fera une proposition, que vous accepterez ou pas. Vous pouvez demander à réfléchir et à avoir une deuxième réunion. Si vous ne vous mettez pas d’accord à ce moment-là — cela s’appelle stranda — ne signez rien et demandez à ce que la négociation soit faite par un délégué syndical, à qui vous exposerez vos arguments. Votre manager exposera à son tour ses arguments aux RH et la négociation se fera entre le délégué syndical et les RH. Cela sous-entend bien sûr que vous faites confiance à votre délégué syndical. Soyez toutefois conscient qu’une négociation entre délégué syndical et RH ne garantit pas forcément que vous obtiendrez ce que vous souhaitez. 

©Melker Dahlstrand/imagebank.sweden.se

Il n’y a pas de grille de salaire à proprement parler en Suède. On parle plus souvent de individuell lönesättning, c’est-à-dire que le salaire est attribué en fonction de la formation, des compétences et de la prestation sur l’année passée. Bien souvent, les employeurs se calent sur les augmentations de salaires du secteur industriel, qui sont de 2 % par an en moyenne — ce qui ne veut pas dire que tout le monde peut compter sur 2 % d’augmentation, ce chiffre reste une moyenne, certains obtiennent plus, d’autres moins. Si vous n’êtes pas satisfait de votre augmentation, n’hésitez pas à demander à votre manager ce qu’on attend de vous pour que vous puissiez atteindre l’augmentation que vous souhaitez, d’ici à la prochaine négociation. Mais de manière générale, pour augmenter significativement votre salaire, mieux vaux changer d’employeur. 

Sachez que dans la négociation de salaire, vous pouvez, au lieu d’une augmentation, tenter de négocier plus de jours de vacances, ou un löneväxling : l’employeur cotise alors plus pour votre retraite. Cela peut-être intéressant surtout en fin de carrière et à partir d’un salaire élevé.

A propos Audrey L 83 Articles
Française vivant en Suède depuis 1999 et travaillant dans le domaine culturel, j'aime partager mes expériences, faire découvrir la culture suédoise et écrire.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.