On a testé pour vous… le GreenKayak ! Ou comment pagayer gratuitement et préserver l’environnement

©GreenKayak

Deux rédacteurs de la Suède en Kit ont mouillé le maillot (de bain) et pagayé pour récolter des déchets dans le centre de Stockholm. On a testé pour vous… le GreenKayak !

Le concept

GreenKayak est une petite organisation environnementale qui travaille avec des volontaires pour lutter contre la pollution de l’océan à travers l’Europe. Les déchets océaniques sont une menace mondiale et un problème auquel nous devons faire face ensemble.

“Waste in nature is our shared responsibility” (Tobias Weber-Andersen, Fondateur de GreenKayak)

GreenKayak donne aux gens la possibilité d’agir contre la pollution des océans de manière ludique : pagayer gratuitement en collectant les déchets flottant dans nos eaux côtières et partager son expérience sur les réseaux sociaux.

©GreenKayak

Depuis 2017, des milliers de bénévoles ont pagayé sur les GreenKayaks dans les ports, les rivières et les lacs de cinq pays européens et ont collecté plus de 32 tonnes de déchets.

 

Comment ça marche ?

Les GreenKayaks peuvent accueillir deux personnes. Ils sont stables et ne nécessitent pas d’expérience préalable en kayak. Des gilets de sauvetage sont fournis ainsi que le matériel pour ramasser les déchets : une pince et une grosse poubelle.

En Suède, il est désormais possible de “pagayer vert” depuis cet été, en partenariat avec Carlsberg Sweden, à Stockholm (3 sites autour de l’île de Kungsholmen), Malmö, Jönköping et Göteborg.

Pour réserver un kayak, il suffit de se trouver un compagnon de pagaye et choisir un créneau de 2 heures sur bookings.greenkayak.org (et pas besoin de personnummer !)

 

Les + 

  • Faire un geste pour la planète, avec une action concrète et visible immédiatement.
  • Faire du kayak gratuitement, pendant 2 heures.
  • (Re-)découvrir le kayak en prenant son temps et en explorant les berges, ce qui donne l’occasion notamment d’observer avec un peu de chance la faune (canards, hérons…).
  • Prendre conscience du type et du nombre de détritus de la vie quotidienne qui se retrouvent dans la nature, par accident ou par acte malintentionné.

Les –

  • Peu d’explications et d’aide au départ et à l’arrivée (le kayak à porter jusqu’à l’eau selon le point de départ notamment), outils mis à disposition pas adaptés (pince trop courte, absence de gants pour récupérer les déchets à la main…)
  • Kayak de type sit-on-top donc l’embarcation prend vite l’eau à la moindre vague (passage de jet skis et bateaux), et sans dossier donc attention au mal de dos… mais très stable et facile pour des débutants.
  • Expérience assez frustrante : sentiment de revenir bredouille avec quelques déchets dans une très grande poubelle. Mais ce sont les petits gestes qui comptent !
Notre récolte : bouteille de soda, polystyrène, préservatif, ballon, emballages plastiques… ©F.EDDE

Informations et réservation

Sur le même sujet

 

Fabrice & Antoine

A propos Fabrice E 162 Articles
En Suède depuis quelques années, toujours curieux et intéressé par les différences culturelles France-Suède. Mes sujets de prédilection sont billets d'humeur, architecture, pop culture, médias, sorties culturelles et randonnées. Retrouvez mes photos sur instagram : fabisverige

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.