Robert Doisneau s’expose pour la première fois en Suède

Robert Doisneau, dans son studio de Montrouge, 1992
Portrait de Robert Doisneau, dans son studio de Montrouge, 1992. ©Bracha L. Ettinger

Qui n’a pas, une fois dans sa vie, acheté un calendrier mural Robert Doisneau ? Ses photographies nostalgiques (et parfois humoristiques) de la vie parisienne des années après-guerre sont mondialement célèbres. Kulturhuset présente, jusqu’au 25 novembre, un portrait complet de l’artiste et expose des oeuvres moins connues.

Doisneau, photographe humaniste

Robert Doisneau (1912-1994 ) est né à Gentilly, en banlieue parisienne. Diplomé d’Arts Graphiques, il débute sa carrière en tant que photographe publicitaire, avant d’être embauché par les usines Renault de Boulogne Billancourt comme photographe industriel. Licencié en 1939, il devient alors photographe indépendant. Il produit de nombreux reportages photographiques en France et à l’étranger dont certains paraîtront dans des magazines comme Life, Paris Match ou Point de Vue.

“Photographe humaniste”, il se focalise sur les “petites gens” des banlieues parisiennes. Il partage, par son regard tendre, réaliste et parfois amusé, des moments simples de la vie urbaine des années d’après-guerre.

La poterne des peupliers, Robert Doisneau
La poterne des peupliers
©Atelier Robert Doisneau

Le poète des banlieues parisiennes

L’exposition Robert Doisneau – Förortspoeten från Paris (Les Banlieues Parisiennes) proposée par Kulturhuset présente une collection d’une centaine de ses photos.

Elle est également accompagnée d’un film documentaire passionnant (en français sous titré en anglais), dirigé par sa petite-fille Clémentine Deroudille, et retraçant sa vie et son travail. On découvre l’homme derrière l’appareil : joyeux, touchant, sincère, chaleureux, moqueur. On y retrouve également les témoignages émouvants de ses nombreux collègues et amis artistes (Sabine Azéma, Daniel Pennac…)

La mariée chez Gégène 1946, Robert Doisneau
La mariée chez Gégène 1946
©Atelier Robert Doisneau

Le film regorge de petites anecdotes sur ses clichés. De sa photo Le Baiser de l’Hôtel de ville qui a fait le tour du monde, on apprend qu’elle fait partie d’une série commandée par le magazine Life sur les amoureux à Paris. C’est une photo posée (comme beaucoup d’autres d’ailleurs) et Robert Doisneau explique comment il a recruté de jeunes apprentis acteurs du Cours Florent et les a emmené se faire photographier aux quatre coins de la ville, se tenant la main, la taille ou s’embrassant.

Le baiser de l'hôtel de ville, Paris 1950; Robert Doisneau
Le Baiser de l’hôtel de ville ©Atelier Robert Doisneau

Une belle exposition qui élargit notre connaissance du photographe et de son oeuvre — à ne pas manquer !

Informations pratiques 

Où ? Kulturhuset, Galleri 3, Stockholm

Quand ? Jusqu’au 25 novembre 2018

Horaires d’ouverture : lundi de 15h à 18h,  du mardi au jeudi de 11h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 17h

Combien ça coûte ? 100 kr plein tarif, 80 kr retraités/étudiants, gratuit jusqu’à 25 ans

A propos Christelle P 10 Articles
J'ai quitté la France en 2005 et, après un long séjour en Angleterre je me suis installée à Stockholm en 2013. Vivre hors de France est riche et passionnant, et je suis ravie de partager ici mon experience. J'aime les découvertes, les échanges, la vie au grand air et les sorties culturelles.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.