Luddenätter et järnnätter : du froid, du gel et du printemps

©Pxsphere

Vous avez sûrement déjà entendu parlé des Saints de glace, ces trois nuits des 11, 12 et 13 mai où l’on célébrait autrefois Saint Pancrace, Saint Boniface et Saint Servais. De ces nuits, on disait qu’elles étaient si froides que des gelées occasionnelles pouvaient endommager ou retarder les cultures naissantes. La Suède en Kit a cherché pour vous à savoir s’il existait l’équivalent en Suède. 

Origine de l’expression

Cette croyance selon laquelle certaines nuits au printemps seraient extrêmement sujettes au gel était répandue (et l’est encore !) en France, aux Pays-Bas mais aussi en Allemagne. Le terme “Eisheilige” (Saints de Glace) était utilisé pour désigner une période présumée sensible au gel entre le 11 et le 13 mai. L’expression allemande aurait donné naissance au mot suédois järnnätter par un mélange des mots allemands Eis (glace) et Eisen (fer). Mais en Suède, il y a deux phénomènes distincts qui se recoupent.

Les luddenätter de mai…

Si l’on considère la même période de l’année, la Suède évoquait alors les termes luddenätter, luddinätter, naddarna, valborgsnoran, ou encore korsmässevinter. C’étaient les dénominations communes suédoises des sept nuits autour de la Saint Filip, célébré selon le calendrier julien le 1er mai, alors équivalent à la mi-mai en France. Ces nuits étaient généralement considérées comme froides et fréquemment gelées. Les luddenätter seraient donc bien l’équivalent de nos Saints de glace. Mais alors, quid des järnnätter ?

©Pxsphere

… Ou les järnnätter, nuits de fer… 

Un peu plus tardivement dans le mois, on parlait des nuits de fer, les järnnätter, terme suédois traduit maladroitement de l’allemand pour désigner les nuits de gel au printemps et au début de l’été. Il était traditionnellement considéré que le risque de gel était particulièrement élevé durant ces nuits. Dans la langue suédoise moderne, le mot järnnätter est utilisé pour les demi-nuits d’été avec un froid, du gel ou des chutes de neige soudains.

… Selon les régions

Une croyance commune dans le centre de la Suède dit que les nuits de fer se produisent la première semaine de juin, en particulier la nuit du 2 juin et les nuits entre le 13 et le 18 juin. Dans le Norrland, ce sont les nuits entre les 28 et 31 juillet et entre les 11 et 19 août qui sont particulièrement exposées. Sur les côtes du Norrbotten, la croyance veut qu’elles prennent fin le 8 juin, de sorte qu’après cette date, qu’il ait gelé ou pas, les délicieuses pommes de terre amandine peuvent être semées.

©jplenio/Pixabay

Et le climat dans tout ça ?

Que ce soit les Saints de glace, les luddenätter ou les järnnätter, ces dénominations ne reposent que sur des croyances populaires fortement ancrées dans les esprits puisqu’il n’y a pas de statistiques fiables prouvant que ces quelques jours sont plus sensibles au gel… Pourtant, en regardant le thermomètre, on se dit qu’il y a là peut-être un peu de vrai quand même !

A propos Anne D 17 Articles
Basée à Stockholm depuis 2008, Anne aime observer ce qui l'entoure, expérimenter (même après toutes ces années !) l'exotisme des supermarchés et évoquer les décalages de la vie suédoise prêtant à sourire ou à réfléchir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.