Littératures française et suédoise : une histoire d’amour en toutes lettres

Bibliothèque
©Pxhere.com

Suite à l’annonce des doubles prix Nobel de littérature 2018 et 2019 le 10 octobre dernier, la Suède en Kit se penche sur le monde littéraire suédois et les liens que Suède et France entretiennent au fil de leurs pages et de leurs auteurs respectifs. Petit tour d’horizon des livres à lire ou relire !

Le Prix Nobel, récompense au rayonnement international

S’il est un prix littéraire accordant à un écrivain la reconnaissance ultime, il s’agit bien du Prix Nobel dédié aux lettres. Créé en 1901, il fait figurer la littérature au palmarès des matières récompensées au même titre que la médecine, la chimie ou… la paix ! Il est attribué à un écrivain ayant rendu de grands services à l’humanité grâce à une œuvre littéraire qui, selon son créateur, le chimiste suédois Alfred Nobel, “a fait la preuve d’un puissant idéal”. Chaque prix Nobel de littérature est doté de 8 millions de couronnes suédoises, soit l’équivalent de 876 560 euros. De quoi aider l’idéal en question !

Sur les 113 prix Nobel de littérature attribués depuis sa création (le prix n’a pas été décerné en 1914, 1918, 1935, et entre 1940–1943), 15 Français ont été récompensés :

  • 2014 – Patrick Modiano
  • 2008 – Jean-Marie Le Clézio
  • 2000 – Gao Xingjian
  • 1985 – Claude Simon
  • 1964 – Jean-Paul Sartre, qui le refuse sans raison particulière (il refusait toute distinction par principe).
  • 1960 – Saint-John Perse
  • 1957 – Albert Camus
  • 1952 – François Mauriac
  • 1947 – André Gide
  • 1937 – Roger Martin du Gard
  • 1927 – Henri Bergson, philosophe plus que romancier
  • 1921 – Anatole France
  • 1915 – Romain Rolland
  • 1904 – Frédéric Mistral
  • 1901 – Sully Prudhomme

Seulement 8 Suédois ont reçu cette récompense dont la célèbre Selma Lagerlöf en 1909 et plus récemment Tomas Tranströmer, en 2011, un poète… pas véritablement connu du grand public.

 

Le Prix Nobel 2018 — Grandeur et décadence

Académie suédoise
©Randreu

Chaque année, enfin presque, l’Académie suédoise, formée de 18 membres, des romanciers, poètes ou critiques… décerne le prix Nobel de littérature. En 2018, suite au mouvement féministe #MeToo, de graves accusations sont portées à l’encontre de Jean-Claude Arnault, photographe d’origine française et époux de l’académicienne Katarina Frostenson, qui depuis a quitté l’Académie. Quant à Arnault, il a été condamné pour viol à deux ans de prison par la justice suédoise le 1er octobre 2018. L’Académie, face à l’ampleur du scandale médiatique, a reporté le Nobel de littérature à l’année suivante. Une Académie parallèle fut alors fondée pour décerner un prix littéraire “alternatif” dont la récipiendaire fut la Guadeloupéenne Maryse Condé.

Cette année, le nom des lauréats a été annoncé par Mats Malm, le secrétaire permanent de l’Académie suédoise, successeur de Sara Danius. Celle-ci, essayiste et critique, a été évincée de l’Académie par ses pairs ulcérés par l’enquête interne qu’elle a diligentée suite à des soupçons d’agressions sexuelles et de pression touchant l’institution. Elle est décédée cette année, deux jours après la double annonce du prix de littérature, des suites d’un cancer du sein et sa mort a suscité de nombreuses réactions.

Le 10 octobre 2019, ce sont donc deux écrivains qui ont été récompensés. Le prix Nobel de littérature 2018 revient à l’auteure polonaise Olga Tokarczuk et le prix Nobel de littérature 2019 est remis à l’écrivain autrichien Peter Handke.

© Nobel Media

La littérature scandinave en France

Outre ce temps fort annuel dédié à la littérature, la Suède n’est pas en reste en ce qui concerne les arts littéraires même si les auteurs scandinaves classiques les plus connus en France se comptent sur les doigts d’une main. Citons cependant le dramaturge August Strindberg (Mademoiselle Julie) qui occupe de longue date une place sous les projecteurs des scènes de théâtre françaises, ses pièces étant jouées régulièrement. Viennent ensuite Selma Lagerlöf, femme de lettres à qui l’on doit le récit Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède et Vilhelm Moberg et sa saga des Emigrants. Dans un autre genre, tous les enfants connaissent Astrid Lindgren, figure de proue de la littérature pour la jeunesse avec son inénarrable Fifi Brindacier.

Pippi Långstrump
© Tous droits réservés

Hors des pistes criminelles

Parmi les écrivains suédois aimés des Français et traduits bien avant l’explosion de la littérature scandinave dans les années 2000, certains ont réussi à passer les frontières, comme les contemporains Per Olov Enquist (Blanche et Marie), mais aussi Torgny Lindgren (Bethsabée), Lars Gustafson (La Mort d’un apiculteur), Carl Henning Wijkmark (La Draisine), Björn Larsson (Long John Silver et Le Capitaine et les rêves), Jan Guillou (La série du Coq Rouge, la trilogie des croisades, La Fabrique de violence) ou encore Theodor Kallifatides (poète et romancier) pour ne mentionner que les écrivains les plus importants.

D’autres écrivains suédois traduits en français pour la première fois après l’an 2000 se sont fait remarquer. Ceux-ci sont moins nombreux et semblent avoir eu moins d’impact que leurs prédécesseurs. Mentionnons Sara Stridsberg (La Faculté des rêves et Darling river), Jonas Hassen Khemiri (Un œil rouge) et Carl Johan Vallgren (Les Aventures fantastiques d’Hercule Barfuss). Certains ont remporté des succès commerciaux comme par exemple Katarina Mazetti avec Le Mec de la tombe d’à côté et Jonas Jonasson avec Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire, tous deux ayant figuré sur la liste des meilleures ventes en France.

La série de romans Millenium
© Tous droits réservés

Le renouveau par le polar scandinave

Mais la littérature suédoise s’est fait connaître en dehors de la Suède grâce à de nombreuses traductions de romans policiers, portée par une publication massive dans les années 2000. En 2011, le Salon du livre de Paris eut pour thème La littérature nordique et a permis à la littérature suédoise d’atteindre un public plus vaste et avide d’histoires à suspens.

Les romans du couple Maj Sjöwall et Per Wahlöö ont été parmi les premiers à s’exporter avec l’inspecteur Martin Beck. Le personnage principal Kurt Wallander de Henning Mankell connaît aussi un grand succès. Åke Edwardson s’inscrit dans cette lignée des polars à la suédoise avec une série d’enquêtes de l’inspecteur Erik Winter. Citons également Klas Östergren, dont le foisonnant Gentlemen paru en 1980 dépeint de manière originale et attachante le Stockholm des années 1980. Camilla Läckberg occupe une place importante dans ce genre littéraire, ayant figuré  à plusieurs reprises sur la liste des meilleures ventes en France.  Mais le plus gros succès commercial au retentissement littéraire sans précédent revient à l’écrivain Stieg Larsson. La trilogie Millénium est parue en traduction française entre 2005 et 2007 et reste un incontournable du polar noir scandinave.

Le point commun de tous ces romans est de présenter de manière critique, sous couvert d’une enquête policière, la société suédoise, son fameux modèle, les milieux sociaux, les conditions de travail et les relations privées dans lesquels évoluent les personnages principaux. L’engouement pour la Suède fait le reste.

© Pxhere.com

Les écrivains français les plus lus

A l’inverse, si l’on se penche sur les écrivains français aimés des Suédois, quels sont les auteurs français qui tirent leur épingle du jeu ? Bien sûr, le fait de décrocher le prix Nobel en littérature permet d’acquérir une certaine visibilité. Le Clézio, Modiano et consors sont des incontournables des rayons “littérature étrangère” des librairies suédoises. Mais outre cette reconnaissance, qu’est ce qui fait que les monstres sacrés tels que Victor Hugo, Honoré de Balzac, Georges Simenon, Simone de Beauvoir, Marcel Proust ou Françoise Sagan, bien connus des amateurs de lettres suédois côtoient Anna Gavalda, Delphine de Vigan ou Marc Lévy ? Il y a un attrait indéniable pour la littérature française aussi bien classique que contemporaine. Chaque année, la Suède reçoit un grand nombre d’écrivains français. Hélène Cixous, David Foenkinos, Leïla Slimani mais aussi les auteurs de BD Riad Sattouf ou cette année Julien Neel sont invités au Festival littéraire de Stockholm qui a lieu chaque automne. D’autres écrivains comme Tatiana de Rosnay viennent bien volontiers faire leur promo… en anglais, ce qui facilite grandement les échanges ! Cette relation franco-suédoise a donné lieu à plus de 750 traductions littéraires du français vers le suédois en moins de 10 ans.

La langue française, langue des écrivains ?

Est-ce parce que les écrivains français écrivent de manière plus concentrée, avec moins de mots mais beaucoup plus de choses exprimées entre les lignes ? Est-ce qu’il y a dans la langue quelque chose qui permet à un écrivain français de s’exprimer d’une manière différente ? Toujours est-il que la France ou du moins la langue française a fortement inspiré les écrivains suédois. La reine Christine (1626-1689) correspondait avec Descartes et écrivait beaucoup, en français. Ses Maximes furent en partie rédigées directement en français. Tout comme Strindberg qui a écrit son Inferno dans la langue de Molière. D’ailleurs, pour l’anecdote, ses expressions étaient si radicales que le traducteur les a atténuées dans la version suédoise…

Livre ouvert
©Pxhere.com

La Suède en toile de fond dans le roman français

Quelquefois, les auteurs français s’inspirent de la Suède pour relater un fait, ou donner un décor, une époque, une couleur à leurs écrits. Les Discours de Suède d’Albert Camus réunissent l’ensemble des discours prononcés par l’écrivain Albert Camus à la suite de l’obtention du prix Nobel de littérature. La gouvernante suédoise de Marie Sizun raconte l’histoire très belle mais sombre d’une famille franco-suédoise à la fin du XIXème siècle. Les anges de Millesgården est le récit des premières impressions d’Alexandre Najjar, écrivain libanais parachuté dans un monde situé aux antipodes du sien.

L’incontournable trilogie (Le Dernier Lapon, Le Détroit du Loup et La Montagne rouge) d’Olivier Truc, très bonne introduction à la culture samie, plonge le lecteur dans un univers sombre au cœur de l’hiver lapon. Olivier Truc rebondit d’ailleurs cette année avec son roman Prix Nobel, s’emparant ainsi du scandale de l’Académie suédoise. Sylvain Runberg, scénariste de bande dessinée franco-belge a surfé sur la vague du succès de Stieg Larsson dans la BD Millenium saga, et a écrit sur le monde des “raggare”, ces fous de bagnoles rétro dans Motorcity. Eva de Stockholm, très joli livre illustré de Charline Picard et Isabelle Pellegrini présente la capitale suédoise aux plus petits. Enfin, pour achever notre tour d’horizon, citons Manu Causse, qui dans son roman Oublier mon père a quant à lui planté le décor d’une partie de son récit en Suède, avec l’aide de la Suède en Kit qu’il a sollicité en tant qu’expert !

Livre Oublier mon père
@ Manu Causse
A propos Anne D 12 Articles
Basée à Stockholm depuis 10 ans, Anne aime observer ce qui l'entoure, expérimenter (même après toutes ces années !) l'exotisme des supermarchés et évoquer les décalages de la vie suédoise prêtant à sourire ou à réfléchir.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.