Studenten

Ballons bleus et jaunes
© Simon Paulin/imagebank.sweden.se

Le mois de juin rime avec fin de l’année scolaire, et pour les élèves suédois de terminale, c’est une période très festive ! Ils célèbrent leur sortie du lycée en grande fanfare, coiffés de leurs casquettes d’étudiants. Cela s’appelle studenten, et tout est tellement orchestré et planifié qu’on pourrait parler de rite d’initiation dont La Suède en Kit vous donne ici les codes.

 

Le baccalauréat suédois

En suédois, studenten veut dire deux choses : soit « l’élève », soit le diplôme de la fin de terminale. Contrairement au baccalauréat, studenten est un examen en contrôle continu que tous les élèves en fin de terminale obtiennent, quelles que soient leurs notes. En effet, le studentexamen avec, comme en France, des épreuves en fin d’année a été supprimé en Suède en 1968. S’il manque aux lycéens des points pour pouvoir étudier à l’université, ils s’inscrivent l’année suivante au Komvux, une école communale pour adultes (vuxna). En 2017, environ 85 000 jeunes suédois ont tagit studenten, finit l’année.  

La panoplie de l’étudiant

Le Suédois célébrant studenten est facilement repérable : les filles en robes blanches, les garçons en costumes sombres, ils portent tous le studentmössa, ce chapeau qui ressemble à une casquette de capitaine de bateau. Ils la reçoivent traditionnellement le 30 avril, au moment de Valborg. Les origines de cette casquette remontent aux années 1840, où elle vit le jour à Uppsala, la ville estudiantine suédoise par excellence. Elle est faite de velours blanc, avec un bord et une visière noire, et est doublée de soie bleue et jaune et décorée d’une cocarde, elle aussi aux couleurs de la Suède. Elle est brodée du nom l’école et de la classe des élèves qui la porte. Les lycéens ont ensuite l’habitude de la faire signer par leurs amis sur la doublure. C’est un accessoire que l’on garde souvent toute sa vie et qu’on peut réutiliser pour les grandes occasions.

Le bal des étudiants

Quelques jours avant la fin des cours, un studentbal est organisé par les différents lycées. Le code vestimentaire est alors costume ou smoking pour les garçons et robe de soirée pour les filles. Il est important de bien se comporter ce soir-là ; on peut même être amené à apprendre à danser la valse pour l’occasion.

La chanson des étudiants

La dernière journée au lycée commence par un petit déjeuner au champagne, suivi d’un concert. Des bourses et des prix sont remis et la cérémonie s’achève par studentsången, la chanson des étudiants. Composée pour une chorale masculine, le texte, plein d’entrain et d’optimisme face à l’avenir, a été écrit par Herman Sätherberg et la musique par le prince Gustaf (fils d’Oscar I et de Josefina) en 1852.

Studenter
© Sofia Sabel/imagebank.sweden.se

Défilés dans les rues

Puis vient le moment où les parents regardent, émus et fiers, leur adolescent sortir pour la dernière fois de l’école pour rentrer dans la vie active. Pour ajouter à la charge émotionnelle, les proches brandissent généralement une pancarte arborant la bouille réjouie de l’étudiant quand il était petit, voire bébé. Il est également de coutume d’offrir un petit cadeau, souvent des fleurs ou une petite bouteille de champagne attachées en pendentif autour du cou. Vient ensuite la partie la plus visible, mais aussi la plus bruyante : chaque classe grimpe sur le plateau arrière d’un camion décoré de branches de bouleaux, de ballons bleus et jaunes et de banderoles. Ces discothèques sur roues commencent alors à faire le tour de la ville (à 20 km/h pour des raisons de sécurité). Vous les verrez, du haut de leur camion, chanter, danser, utiliser leurs sifflets, le tout dans un déluge de bière. La musique à fond, les étudiants paradent généralement dans les rues du centre-ville, provoquant de forts ralentissements dans la circulation quelques heures par jour pendant la première semaine de juin. Il faut alors prendre son mal en patience, ou même mieux, se joindre aux festivités en klaxonnant ! Les étudiants répondent joyeusement à toutes acclamations et bientôt, l’ambiance générale est à l’euphorie. Pour ceux qui ont les moyens, la version en voiture décapotable est aussi une possibilité pour des plus petits groupes. Quel que soit le mode de transport choisi, quand les étudiants ne chantent pas en chœur avec la musique qui fuse des haut-parleurs, ils crient Fy fan vad vi bra !, ce qui pourrait se traduire par : « Putain qu’est-ce qu’on est bons ! » Quelle insouciance et quelle insolence, ces étudiants !…

Après le défilé, les familles convient les proches et les amis à un déjeuner pour célébrer l’événement. Le repas est une sorte de mini-variante de repas de midsommar, avec des plats estivaux : salades, grillades, harengs marinés, pommes de terre nouvelles à l’aneth, fraises. C’est aussi l’occasion de remettre à l’étudiant des cadeaux de valeur plus ou moins élevée (bijoux, montre etc.)

 

Cet article est une variante d’un article auparavant publié par la même auteur sur lepetitjournal.com/Stockholm, lui-même issu de l’article du blog La Suède selon hibiscuscat.  

A propos Audrey L 57 Articles
Française vivant en Suède depuis 1999 et travaillant dans le domaine culturel, j'aime partager mes expériences, écrire et faire la cuisine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.