Pride 2017 : Stockholm aux couleurs arc-en-ciel !

Samedi 5 août, pendant que vous paradiez peut-être encore en maillot de bain sur la plage, la communauté LGBTI s’était donné rendez-vous à Stockholm, pour la grande parade annuelle de la Gay Pride. Petit retour en images sur l’événement qui a répandu amour et couleurs arc-en-ciel dans les rues de la capitale…

Inaugurée en 1998, la Pride de Stockholm est la plus importante manifestation en Scandinavie des lesbiennes, gays, bisexuels, transexuels (qui ont subi des transformations physiques pour changer de sexe) et transgenres (qui vivent avec le sentiment d’appartenir à l’autre sexe que celui de leur naissance).

45 000 participants étaient répartis en 200 cortèges, agitant un nombre incalculable de drapeaux arc-en-ciel, de toutes les formes et tailles !

© Fabrice EDDE

La particularité de la Pride de Stockholm ? Sa popularité ! Chaque année, familles avec poussettes, adolescents, seniors viennent en masse (+ de 500 000 personnes) assister au défilé, contrairement à d’autres villes européennes où les spectateurs sont parfois majoritairement issus de la communauté LGBTI (le sigle LGBT s’est enrichi d’un I pour intersexe, personne dont le sexe ne pouvant être strictement défini comme mâle ou femelle). Dans un pays reconnu pour ses valeurs de tolérance et de liberté sexuelle, la Gay Pride s’est banalisée et transformée en fête urbaine réunissant hétérosexuels et homosexuels.

« young man, put your pride on the shelf,
And just go there, to the Y.M.C.A. »
(si vous n’avez pas le son)

Au-delà de la dimension festive des chars, de la musique et des paillettes, la Marche des fiertés reste avant tout un mouvement de lutte pour les droits des LGBTI mais également contre toute forme de discrimination et d’oppression : homophobie, sexisme, racisme…

Les panneaux et banderoles de certains cortèges vous rappellent — si besoin — que dans certains pays votre orientation sexuelle peut être un délit et même vous coûter la vie : « marching for those who can’t », « stop killing shemales in Brazil » (pour en savoir plus, lire cet article), ou encore un cercueil avec l’épitaphe « Noxolo Nogwaza 1987-2011 » pour Amnesty International (pour en savoir plus, lire cet article).

© Fabrice EDDE

Anonymes, associations, entreprises, médias, clubs, représentants de pays et même membres de l’armée, des pompiers et de la police ont marché pendant plus de 2 heures pour revendiquer leurs droits et clamer haut et fort que Love is love.

Qu’ils soient à pied, sur des camions, sur des remorques, en fauteuil roulant, en poussette, à moto, à la nage (mouvement des bras uniquement pour le Dolphins Swim Club !), au pas de course, en train de danser ou jouer de la musique… avec des robes excentriques, des harnais en cuir, des collants multicolores, des perruques, des hauts talons, des costumes traditionnels sud-américains, des ours en peluche (les bears), des costumes de marin… Tous ont prouvé la diversité et la richesse de la planète arc-en-ciel. Un défilé haut en couleurs !

© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE
© Fabrice EDDE

[Instagram : fabisverige]

A propos Fabrice E 51 Articles

Seulement en Suède depuis 2 ans, toujours curieux et intéressé par les différences culturelles France-Suède. Mes sujets de prédilection sont billets d’ humeur, architecture, pop culture, médias, sorties culturelles et randonnées.
Instagram : fabisverige

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*