Fermé depuis 5 ans, le Nationalmuseum rouvre ses portes

Escalier du Nationalmuseum et fresque de Carl Larsson
©Nationalmuseum/Bruno Ehrs

Fermé depuis 2013 pour cause de rénovation, baignant à présent dans la lumière et arborant de nouvelles couleurs, le Nationalmuseum rouvre enfin ses portes le 13 octobre ! Après 5 ans de déménagement, rénovation puis ré-emménagement, le musée peut désormais accueillir le double de visiteurs et montrer trois fois plus d’œuvres d’art qu’auparavant.

Un bâtiment du XVIIème siècle modernisé

Le Nationalmuseum est le musée des beaux-arts et du design de Suède. Son histoire commence en 1792 lorsque les collections d’art royales furent ouvertes pour la première fois au public. De style néo-renaissance et conçu par l’architecte allemand Friedrich August Stüler, le bâtiment en lui-même fut inauguré en 1866 à l’occasion de l’exposition industrielle de Stockholm. Le musée n’avait jamais subi de rénovation complète depuis sa construction, c’est-à-dire depuis 150 ans ! Au fil des années, des cloisons avaient été rajoutées pour créer des bureaux et les fenêtres obstruées pour protéger les oeuvres des rayons UV du soleil. Les avancées technologiques ont permis de donner une deuxième jeunesse au musée et de rendre justice à l’idée originelle de l’architecte : un musée entièrement consacré à l’art et ouvert sur la ville.

Statens fastighetsverk, l’Administration des biens immobiliers de l’État suédois, a dirigé les travaux de rénovation, les bureaux d’architecture Wingårdh et Wikerstål se sont partagés l’aménagement intérieur et Skanska s’est chargé du gros œuvre. La façade s’est offerte un lourd ravalement avec le remplacement de 1 200 pierres, et les sols et les murs intérieurs ont fait peau neuve grâce à 3 000 m² de calcaire de Borghamn, une pierre déjà utilisée dans le bâtiment d’origine.

Façade du Nationalmuseum
©Nationalmuseum/Bruno Ehrs

Les deux cours intérieures ont été dotées de nouvelles verrières, assemblées dans le nord de la Suède puis transportées par voie d’eau jusqu’à Stockholm. Formées de 140 tetraèdes, ces verrières remplissent aussi un rôle acoustique. La cour Nord, où se trouvait autrefois le restaurant, est devenue un jardin de sculptures, tandis que dans la cour Sud, un ascenseur géant, recouvert de laiton tressé et pouvant transporter des groupes entiers, prend place dans l’ancien auditorium. Le sous-sol a été réaménagé pour accueillir les toilettes (au nombre de 23 au lieu de 7 il y a 5 ans) ainsi que des centaines de casiers. Une fois débarrasés de leur manteaux et sacs volumineux, les visiteurs peuvent emprunter un nouvel escalier en spirale, décoré d’une sculpture en verre, pour remonter vers la boutique.

Les sols sont restaurés, les plafonds repeints, un système de sprinklers est installé dans les rosaces des coupoles, les portes en bois ont été refaites sur le modèle des anciennes. Le bâtiment en lui-même est une œuvre d’art : pensez à lever les yeux des œuvres exposées pour profiter du superbe décor !

Sous-sol du Nationalmsueum
©Nationalmuseum/Bruno Ehrs (à gauche) et Statens Fastighetsverket/Melker Dahlstrand (à droite)

Un musée actif même pendant la fermeture

Que s’est-il passé pendant ces 5 années ? La première et la dernière année de fermeture ont été consacrées au déménagement puis ré-emménagement des collections. Les conservateurs ont travaillé à la création de nouvelles expositions permanentes et les restaurateurs ont passé à la loupe toutes les œuvres d’art qui sont de nouveaux exposées. Le musée a fait de nombreuses acquisitions pour compléter les collections, avec la volonté de combler ses lacunes en ce qui concerne les œuvres d’art d’artistes femmes.

Le musée a également organisé des expositions « hors-les-murs » : les beaux-arts ont investi Konstakademien, l’Académie des beaux-arts, le design s’est installé à Kulturhuset et des expositions ont été organisées à l’étranger. Des partenariats ont été engagés avec d’autres musées en Suède, comme par exemple le musée de la porcelaine à Gustavsberg ou Jamtli à Östersund (où une filiale du Nationalmuseum a ouvert en juin dernier), mais aussi avec les compagnies Jernhusen et Swedavia qui gèrent les gares et les aéroports suédois.

Ascenseur dans la cour intérieure sud, Nationalmsueum
©Statens Fastighetsverket/Melker Dahlstrand

Un musée lumineux et haut en couleurs

Le but premier de la rénovation, qui a coûté la modique somme de 1,2 milliard de couronnes, était de créer un bâtiment qui soit mieux adapté tant aux œuvres d’art qu’aux visiteurs, tout en consommant moins d’énergie. 300 nouvelles fenêtres filtrent les rayons nocifs de la lumière, ce qui permet désormais d’exposer l’art à la lumière naturelle : une toute nouvelle expérience pour nombre de visiteurs qui sont habitués à la pénombre des musées ! La lumière coule maintenant à flots dans la plupart des salles, et si l’ensoleillement devient trop important, des rideaux descendent automatiquement, mais sans obstruer totalement la vue sur l’extérieur.

Un nouveau système de ventilation et d’aération permet de réguler la température et l’humidité de l’air des différentes salles pour mieux préserver les œuvres exposées. Cela permet aussi le mélange des différentes catégories d’œuvres d’art : dorénavant, le public peut admirer dans la même salle peintures, sculptures, dessins, œuvres graphiques, photos, objets d’art et de design, ce qui n’était pas possible auparavant. La salle des machines abritant toutes les installations techniques du musée occupe 5 300 m³.

Le plus gros changement visible vient probablement des différentes teintes des murs : point de cube blanc ici ! Les œuvres d’art sont mises en valeur sur des fonds jaunes, bleus, verts, roses — des couleurs qui existaient dans la palette originale de Stüler, mais qui n’avaient jamais été réalisées. Comme les architectes l’expriment eux-même : « Un musée sombre est devenu un musée lumineux. »

Salle d'exposition, Nationalmuseum
©Nationalmuseum/Bruno Ehrs

Plus de surface pour plus d’art et plus de visiteurs

Désormais, le musée peut accueillir le double de visiteurs : jusqu’à 2 000 personnes en même temps. Les réserves, les ateliers et les bureaux ont été délocalisés : les surfaces accessibles au public ont ainsi  augmenté de presque un tiers. Trois fois plus d’œuvres sont exposées : plus de 5 000 d’œuvres, à raison de 3 511 objets d’art et de design, 540 peintures, 214 sculptures, 90 œuvres graphiques, 600 miniatures et 277 bijoux ! Les collections permanentes sont exposées de manière chronologique depuis 1500 jusqu’à aujourd’hui. Le circuit commence dans la salle de la coupole, au niveau 6, avec les XVIème, XVIIème et XVIIème siècles. Puis il continue au niveau 4, avec les périodes 1800—1870, 1870—1900, le tournant du XXème siècle, 1910—1965, puis de 1965 à nos jours. Skattkammaren, le Trésor, dans six petites salles au centre du niveau 4, contient une multitude de petits objets précieux tels des miniatures et des bijoux.

Niveaux 6 et 4 au Nationalmuseum
Niveaux 6 et 4 au Nationalmuseum

Au rez-de-chaussée, les enfants de 7 à 12 ans ont leur propre exposition, Barnens värld (qui changera tous les 2-3 ans). Les enfants et les adultes peuvent participer à des ateliers. Le jardin de sculptures est l’endroit parfait pour s’octroyer une pause sous le ciel stockholmois sur des canapés confortables, avant de faire un tour dans la boutique.

Sous-sol et rez-de-chaussé du Nationalmuseum
Sous-sol et rez-de-chaussé du Nationalmuseum
Fredrik Eriksson, chef du restaurant du Nationalmuseum
©Tina Axelsson

Le nouveau café-bar-restaurant, tenu par Fredrik Eriksson (qui est également chef de Långbro Värdshus et du restaurant Asplund), propose des repas complets, des en-cas ou des pâtisseries toute la journée. Tout est concocté avec des matières premières principalement scandinaves et servi dans une porcelaine exclusivement designée et estampillée pour le musée par Carina Seth Andersson. Le restaurant peut accueillir 140 invités et le bar 120 personnes. Le mobilier reflète le design suédois actuel et la vue sur le Palais royal y est imprenable !

Une inauguration royale

Le 13 octobre, le Nationalmuseum sera ré-inauguré en grandes pompes, en présence du couple royal et du couple princier héritier. La chorale de gospel de Tensta et les artistes suédois Frida Hyvönen, Kitok och Sofia Karlsson seront également de la partie. L’entrée sera gratuite tout le week-end, y compris pour les expositions temporaires, consacrées au peintre américain John Singer Sargent, qui s’expose pour la première fois en Scandinavie, et à Design Stories. Le musée sera exceptionnellement ouvert ce samedi 13 octobre de 11h à 21h, et le dimanche 14 de 11h à 19h, avant que les horaires habituels soient appliqués à partir du mardi 16 octobre (fermeture hebdomadaire le lundi).

Pensez à télécharger la nouvelle application du musée pour profiter pleinement de votre expérience et des nouvelles expositions (Apple et Android) et munissez-vous de vos écouteurs : l’appli sert d’audioguide. Pour ceux qui n’ont pas de smartphone, il est possible d’emprunter un audioguide au musée. 

Enfin, pour ceux qui maîtrisent le suédois, le documentaire Nationalmuseum — ljuset återvänder, sur la rénovation du musée, sera diffusé vendredi 12 octobre à 20h sur SVT 2, dans le cadre de l’émission K Special. Il sera visible sur SVT Play jusqu’au 10 avril 2019.

Informations pratiques

Horaires : du mardi au dimanche de 11h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h, fermé le lundi. Consultez le site pour l’ouverture lors des jours fériés.

Prix : entrée gratuite pour les collections permanentes. Pour les expositions temporaires : 150 kr plein tarif, 120 kr pour les retraités et les étudiants. Pour l’exposition Sargent, il est possible d’acheter son billet en ligne ici.

Adresse : Södra Blasieholmshamnen, Stockholm. Métro ligne bleue, arrêt Kungsträdgården, ou bus 65, arrêt Nationalmuseum.

Related Post

A propos Audrey L 63 Articles
Française vivant en Suède depuis 1999 et travaillant dans le domaine culturel, j'aime partager mes expériences, écrire et faire la cuisine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.