L’appartement d’Astrid Lindgren

Appartement d'Astrid Lindgren
©Jann Lipka/imagebank.sweden.se

 À deux pas du parc Vasaparken, au numéro 46 de la rue Dalagatan, vivait la créatrice de Pippi Långstrump (Fifi Brindacier en français), d’Emil, de Ronja et de Karlsson, héros légendaires de la littérature enfantine suédoise, de 1941 jusqu’à sa mort en 2002 : Astrid Lindgren. Suivez-nous ! On vous fait visiter !

Une maison d’auteur ouverte

Astrid Lindgren a vécu dans ce spacieux cinq pièces situé à Vasastan, au dessus du restaurant Wasahof, pendant plus de 60 ans. C’est un lieu chargé de souvenirs de sa vie personnelle et professionnelle, une vie remarquablement remplie.

Depuis qu’elle s’y est éteinte en 2002, à l’âge de 94 ans, l’appartement a été laissé presque intact par sa famille. En 2015, il est devenu une maison d’auteur ouverte (et non pas un musée officiel) où les visiteurs, admis seulement par petits groupes, peuvent découvrir ce à quoi ressemblait exactement l’intérieur d’Astrid lorsqu’elle y vivait.

Salon d'Astrid Lindgren
©Noémie Altschul

Petit tour du propriétaire

Porte de l'appartement d'Astrid Lindgren
©Noémie Altschul

C’est par une porte presque comme les autres, ornée d’une plaque au nom très familier et équipée d’un système de sécurité, qu’on entre dans un hall d’entrée typiquement suédois, qui s’ouvre à son tour sur une petite pièce où la famille Lindgren prenait ses repas au quotidien.

Derrière cette toute petite salle à manger se trouve le bureau d’Astrid qui, avant de devenir le lieu de travail de l’auteur, avait rempli plusieurs autres fonctions : chambre de son fils Lars, puis de sa fille Karin lorsque Lars quitta le nid familial. C’est dans cette étude qu’Astrid Lindgren tapait à la machine, répondait à sa correspondance, écoutait de la musique, regardait la télévision. Y sont rassemblés différents objets et figurines des personnages principaux de ses livres, lithographies et livres.

Astrid Lindgren, auteur de livres pour enfants 

Astrid Lindgren publie ses premiers livres dans les années 1940 et remporte rapidement un franc succès, qui lui vaudra par la suite de nombreux prix littéraires. C’est dans le salon, avec vue sur le parc de Vasaparken, qu’Astrid aimait passer le plus de temps : à lire, recevoir et prendre son café.

Elle a écrit les romans Karlsson på taket (Karlsson sur le toit), qui se déroulent justement dans son quartier à Vasastan, en plein centre de Stockholm, pendant les années 1950. Ce roman, adapté en série, a eu un succès tout particulier en Russie, où l’auteur a d’ailleurs été reçue par le président Boris Eltsine.

Dans la chambre d’Astrid Lindgren

Astrid Lindgren a grandi à Näs, près de Vimmerby, dans la région de Småland, dans le sud de la Suède, avec ses parents Samuel August Ericsson et Hanna Jonsson, son frère, Gunnar Ericsson et ses deux soeurs, Stina et Ingegerd. Dans sa chambre à coucher, des peintures de sa maison d’enfance sont accrochées tout près de son lit. Au sol, le tapis est abîmé à l’endroit où elle posait ses pieds pour se lever.

« C’est d’ailleurs de son lit qu’elle écrivait le plus, et cela, de très bonne heure le matin » raconte son arrière-petit-fils Johan. Ce même lit est celui où il a pu dire au revoir à son arrière-grand-mère, décédée paisiblement entourée de ses proches à l’âge de 94 ans. Il se souvient également des après-midis où il venait lui rendre visite et manger des kanellbullar lorsqu’il suivait des cours de pianos dans le même quartier avec son frère.

Portraits des enfants, petits-enfants et arrières-petits-enfants d'Astrid Lindgren
©Noémie Altschul

Sur la table à chevet de cette grande dame, des portraits de ses enfants, petits-enfants, et arrières-petits-enfants, trônent comme les plus beaux trophées de tous grands-parents. Astrid Lindgren avait l’habitude de raconter des histoires à ses enfants, et c’est ainsi que sont nés beaucoup de ses personnages.

C’est ainsi qu’elle crée le personnage de Pippi Långstrump (littéralement « Pippi longues-chaussettes », mais nommée Fifi Brindacier en français), lorsque sa fille Karin, se retrouve clouée au lit par une pneumonie. Elle en tire un roman qui sera publié en 1945. De l’entrée à la chambre à coucher, du salon à l’étude, dans la cuisine, se succèdent les prix littéraires, pour la défense des droits des enfants, ainsi qu’une multitude de livres, dont les siens certes, mais aussi beaucoup d’autres.

Lit d'enfant dans l'appartement d'Astrid Lindgren
©Noémie Altschul

Un succès international, plus timide auprès du public français

Astrid Lindgren a vendu plus de 145 millions de livres, dans 95 langues. Les héros favoris des Suédois ont pourtant moins conquis le public français, la faute peut-être aux libertés prises dans les traductions françaises.

Le personnage de Pippi, considéré comme irrévérencieux, a été beaucoup adouci ; et des chapitres entier supprimés, idem pour celui de Karlsson, appelé Vic en français, ou celui d’Emil, que les Français ont nommé Zozo — et fait zozoter  — dans les premières traductions. Dans de nouvelles traductions françaises depuis 2008, plus fidèles à l’original, Zozo s’appelle dorénavant Emil aussi en français et Vic est redevenu Karlsson. En revanche pour Pippi, cela reste délicat !…

Informations pratiques

Les visites guidées, d’une durée d’environ 45 minutes, sont gérées bénévolement par l’association Astrid Lindgren, Astrid Lindgren sällskapet. Pour l’instant, principalement en suédois, elles se veulent rares (une dizaine environ par mois) et il faut réserver ses billets (160 SEK par personne) en avance. Réservations ici.

Les groupes peuvent atteindre un maximum de douze personnes et l’âge minimum est limité à 15 ans. Pour les enfants plus jeunes qui souhaiteraient découvrir le monde d’Astrid Lindgren, nous vous recommandons vivement Junibacken sur Djurgården, plus adapté à leur âge.

Il est également possible de visiter virtuellement l’appartement en ligne. On peut se promener de pièce en pièce et cliquer sur plusieurs objets dont nous apprenons de nombreux détails (disponible en anglais, allemand et suédois).

Bonne visite !

Cet article est une variante d’un article auparavant publié par le même auteur sur lepetitjournal.com/stockholm.

A propos Noemie A 19 Articles
Arrivée à Stockholm en 2006, je suis 13 ans plus tard maman de deux petites franco-suédoises et j'ai monté mon entreprise dans l'enseignement du français 123 Voilà ! J'aime l'art, la vie et les sorties !

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.